Les Confessions d'un Prof Maudit

18.4.07

Lire à tout prix?

Non, mais! On veut-tu qu’ils lisent rien qu’un peu? Lire, lire, LIRE! Un 15 minutes le matin, un 15 minutes l’après-midi, une heure à la bibli, des cercles de lecture, des examens de lecture, lire des textes variés, apprécier des œuvres littéraires, et j’en passe! On veut tout le temps qu’ils lisent. Même les parents le veulent; ils achètent des livres à Noël, à Pâques, aux anniversaires, ils se plaignent sans arrêt que leur enfant ne lit pas assez, «Comment donc que j’peux y’en faire lire plusse?» Et puis nous, côté pédagogique, on en rajoute : «Vous savez la lecture, gna-gna-gna… Plus on lit, mieux on écrit, gna-gna-gna… Les difficultés en lecture se retrouvent dans la résolution de problèmes, gna-gna-gna…» Parfois, les profs, on aime vraiment trop s’écouter parler!

Pas étonnant après que certains de nos élèves ne veulent plus rien savoir de lire. Ils en sont écoeurés : É-COEU-RÉS! Je les comprends donc!

D’abord, il est essentiel de faire la différence entre SAVOIR lire et AIMER lire. Deux choses très différentes. On peut savoir lire et ne pas aimer lire. À preuve nos librairies qui sont loin d’être millionnaires. On peut également aimer lire sans savoir lire; rappelez-vous le nombre d’enfants que vous avez vu à scruter un volume des heures durant en épiant les images, d’autres lisant – peluche sous le bras et conte en main – une histoire ne respectant aucunement le texte, d’autres encore décodant le livre à l’envers, sérieux comme de petits papes.

Ne nous le cachons pas: même s’il est considéré comme sacrilège dans notre société bien pensante de le dire, aimer lire n’est pas essentiel à la survie. Alors que ne pas savoir lire… Certes, vous pouvez vivre tout en étant analphabète, mais entendons-nous que vous allez en baver dans certaines situations et en vivre d’autres où vous ne vous sentirez pas au meilleur de votre estime personnelle. Parlez-en à Jacques Demers!

C’est pour ça qu’il est important de faire cette nuance dans l’éducation et en enseignement, soit à la maison comme à l’école. Sinon, à taper toujours sur le même clou… Si l’enfant est comme du bois, ça va. Mais souvent, on a plus affaire à du béton. Et là, le clou se tord.

Donc, comment faire pour stimuler parallèlement le besoin de lire et le goût de lire? Étant un grand aimant de la littérature et un fan inconditionnel de littérature jeunesse, c’est toujours un crève-cœur d’avoir un ou des élèves qui n’aiment pas lire. J’essaie le plus possible de respecter alors ce choix et de m’orienter sur le besoin de lire, tout en cherchant des pistes pour stimuler le goût de lire en cours de route. Mes trucs ne sont pas infaillibles, mais s’ils peuvent vous donner un coup de pouce à vous comme à votre enfant ou votre élève, alors ce sera déjà pas mal, non?

Le besoin de lire (ou lire pour répondre à ses besoins, si vous préférez, car on peut avoir «besoin» de lire quand on a le «goût» de lire…) passe d’abord et avant tout par le contact avec le quotidien. Pour que l’enfant réalise à quel point lire est essentiel dans la vie, il doit être mis dans des situations concrètes.

À la maison, les pistes sont multiples. Passer par un mode d’emploi est un excellent exemple même si, au début, vous devrez accepter que votre enfant vive une frustration (pas facile pour le parent papoute!). Vous offrez un nouveau jeu de société à votre enfant? Mettez-le en charge de lire, comprendre les règlements et les expliquer. Votre petite fille veut vous aider dans une recette? Sa tâche sera de vous lire les ingrédients et les étapes. Votre bambin veut faire un bricolage qu’il a vu dans un livre? Qu’il lise la liste du matériel et accompagnez-le dans la lecture des étapes. Dans chacune de ces situations, vous pouvez ponctuer de «Je n’ai pas bien compris ce bout-là… peux-tu me l’expliquer?» La liste d’épicerie est aussi un bon moyen. Une fois au supermarché, mettez votre enfant en charge de quelques articles. Donnez-lui, par écrit, une petite liste où vous aurez détaillé les articles : de la crème 15% pour la cuisson de la marque XYZ (250 ml), une boîte de craquelins de la marque XYZ mais sans gras trans, une boîte de thon pâle émietté dans l’eau, etc. Et hop! Vous le laissez partir à la chasse. Vous pouvez le stimuler en lui précisant que s’il a exactement les articles demandés, il pourra choisir un article de son choix à mettre dans le panier. En général, c’est assez plaisant.

Pour ce qui est des situations d’enseignement, préparez des exercices basés sur de véritables modes d’emploi, recettes ou instructions de jeux. On peut ainsi poser des questions concrètes : comment un joueur peut-il échanger son argent? quels sont les ingrédients secs dans cette recette? comment puis-je programmer un enregistrement sur mon magnétoscope? (Tiens! Ce serait bon pour ma mère ça…) Je donne des exercices de ce genre au moins deux fois par année et les élèves apprécient beaucoup.

Et le goût de lire? À la maison, allez-y petit à petit. Si vous achetez trois romans d’un coup pour votre enfant, sans nuancer les genres en plus, vos chances de succès sont minces. Variez les genres : aventure, policier, science-fiction, fait vécu, etc. Si votre enfant n’aime pas, ne l’obligez pas à poursuivre et, surtout, attendez quelques temps avant de proposer un autre roman d’un style nouveau. Vous pouvez aussi passer un pacte : lis les deux premiers chapitres et, si tu n’aimes pas, on essaiera autre chose. Souvent, il finira par le lire au complet. Vous pouvez aussi prêcher par l’exemple en créant un «moment de lecture», un temps de la journée (le week-end par exemple) où tout le monde lit : papa, maman, frères et sœurs. Ce moment devrait devenir aussi sacro-saint que le cours de piano ou l’entraînement de soccer. Rendez le tout agréable; un petit chocolat chaud, un coussin choisi et acheté pour chaque enfant spécialement pour ce moment, et le tour est joué! Entre ça et se lever à 5h30 le matin pour aller à la patinoire…

Pour l’école, les mêmes trucs s’appliquent. La valse des genres, le pacte des chapitres, montrer l’exemple sont de mises. Si vous avez de la place pour un coin lecture confortable et stimulant, encore mieux! Je vous suggère aussi le cercle de lecture; en équipe, les enfants lisent le même livre et partagent, une fois par semaine, leurs impressions tout en remplissant des fiches littéraires. Votre conseiller pédagogique doit être en mesure de vous trouver certaines informations et documents sur le sujet, et votre direction devrait être assez ouverte d'esprit (Cross your fingers!) pour un achat de romans vu sous cet angle. Assurez-vous d’avoir des livres de différents genres et pour différents niveaux de lecteurs. Et n’ayez pas peur de refuser à un élève tel ou tel roman parce qu’il est un lecteur débutant. Ils sont, en général, assez honnêtes pour l’avouer et se l’avouer. Il ne pourra que vous être redevable ensuite lorsque, graduellement, il deviendra meilleur lecteur et pourra attaquer des volumes plus complexes.

En somme, dans le besoin comme dans le goût de lire, soyez patient. Si savoir lire est là, aimer lire n’est peut-être pas très loin. C’est souvent une question de rythme et de temps.

P.S. : Je pense que c’est le billet le plus pédagogique que j’ai jamais écrit. J’espère que ça vous a pas trop fait chier!

P.P.S. : Désolé pour le silence radio. Mais vous savez, je vous en ai déjà parlé, les bulletins

52 Comments:

  • «Vous savez la lecture, gna-gna-gna… Plus on lit, mieux on écrit, gna-gna-gna"
    haaaaaaaaaaaaaaa`cet phrase je l'ai don ben entendu! j'adore lire, depuis que je sais lire que je lis. En commencant par les sesame street, la collection courte échelle le dictionnaire médicale de ma mere! ( j'adorai les images!)
    EN grandisant les stephen KIng, les romans d'amour, des romans québécois et bien sur Harry Potter!! hahahah

    Vous avez tellement bien expliqué comment on peu donné le goût aux enfants de lire. Et je dit bien "comment ont peu".

    J'adore vos trucs et j'en rajouterai un petit! ( l'éducatrice en moi!! hahahha) Si les parents ne lit pas difficile à forcer l'Enfant! ( bah oui un enfant suis l'exemple!) et autre chose,si les parents lit et qu'ils ont une bibliothéque laisser une place à l'enfant pour mettre ses livres!

    Bon bulletin! Eille l'été s'en vient!! hahahah

    By Anonymous liz, at 18.4.07  

  • Beau billet Prof Maudit, on ne peut être qu'en accord avec vos judicieux conseils pour faire aimer la lecture aux enfants.

    Évidemment un tel billet ne peut que nous faire faire un examen de conscience sur le comment j'ai appris à aimer lire moi:

    Dès la deuxième année, il y avait des petites bibliothèques de classe, un genre d'étagère. J'espère que ça existe encore. Je me souviens que j'aimais les bandes dessinées "Sylvain & Sylvette", avec le renard, le loup, l'ours et le sanglier.

    Au début je ne lisais jamais les bulles trop remplies de texte, je ne regardais que les images mais finalement je les ai tous lus et relus au complet, puis ce fût des Tintins puis après vers la 5e ou 6e années je lisais des romans et j'ai toujours lu depuis.

    Je déduis de ça qu'il faut commencer par des petits livres faciles et très imagés pour que l'enfant apprenne le plaisir de l'anticipation.

    By Blogger Marchello, at 18.4.07  

  • "Plus on lit, mieux on écrit" et donc, on serait supposés de faire MOINS de fautes, non?! Dommage que ce ne soit pas le cas pour tout le monde...

    Bref, faire lire les élèves est un combat (sans/s'en/sang) fin. Dans une année scolaire, si on peut donner la piqûre de la lecture à 5 élèves, ce sera un petit pas pour l'homme, mais un grand pas pour l'édukassion.

    By Blogger Ness, at 18.4.07  

  • Bah, Prof Maudit, c'était peut-être «pédagogique», mais c'était rempli d'espoir! Encore faut-il que les parents s'intéressent à leurs enfants et veuillent bien les aider (ce que la plupart semble avoir délégué aux profs)

    Le «truc» c'est que dans «jeu éducatif» il doit y avoir un aspect «jeu» (vouloir flasher du vocabulaire j'aurais écrit «ludique») ET un aspect éducatif! Sinon, l'enfant se fait «forcer» et ya rien qui dégoûte les enfants (et les adultes!) de qqch comme de se faire forcer à le faire!

    Les enfants aiment «jouer aux adultes» (et je parle pas de jouer au docteur, bande de pervers!) alors si on peut les faire «jouer aux adultes» avec la lecture, je suis sûre qu'ils vont embarquer!

    By Anonymous Lilu, at 18.4.07  

  • Si vous n'avez pas encore lu, vous allez adorer l'essai "Comme un roman" de Daniel Pennac.

    By Blogger Prof malgré tout, at 18.4.07  

  • À l'université, j'avais conçu avec une amie, dans le cadre d'un cours sur la lecture au primaire, un calendrier de lecture visant à aider les parents à aider leur enfant. Le tout était pour des parents ayant un enfant au premier cycle du primaire.

    Pour ceux que ça intéresse: http://www.ecranscolaire.ca/motivaction/doc/calenlecture.doc

    By Blogger Catherine, at 18.4.07  

  • Ajoutez un .doc à la fin de calenlecture :)

    By Blogger Catherine, at 18.4.07  

  • Une autre activité à faire en famille qui amène les jeunes à s'intéressé aux livres. Le salon du livre, celui de Québec était très fort côté littérature jeunesse, et mon fils de 6 ans a trippé. L'avoir écouté on serait ressorti avec 5-6 livres pour lui, mais le budget étant limité on s'est limité à deux. Un de Presto et Baltazar, avec un CD audio, pour les soirs où pris par les coliques du bébé on manque de temps pour la lecture. Et un autre petit bouquin écrit par un jeune écrivain de 8 ans. Écrivain qu'il a rencontré et qui lui a dédicacé le livre. Mon grand est super impressionné et en revenant m'a dit: "Moi aussi quand je vais savoir écrire je vais écrire un livre". Je n'est pas cette ambition pour lui, mais s'il le désire je l'aiderai :)
    Depuis, il traîne son livre à l'école et le livre, âgé de 3 jours à peine, commence déjà à être corné d'être regardé, pourtant il y a peu d'images.

    J'aime beaucoup tes trucs PM, mais j'ajouterais que l'exemple aide aussi. Si papa et maman ne prenne jamais le temps de lire, comment les enfants peuvent-ils aimer cette activité?

    By Anonymous MMeProf, at 18.4.07  

  • J'ai particulièrement aimé l'idée des articles à l'épicerie ! C'est génial, ça !

    Et ce qui est super, c'est que ça fait passer du temps de qualité avec nos enfants. Ça nous permet de nous arrêter un peu et d'être "avec" eux et non plus "à côté" d'eux !

    :o)
    Bonne idée, ce billet !

    By Blogger Persée, at 19.4.07  

  • Très bon billet!
    J'espère que beaucoup d'enseignants et de parents le liront!!

    Ça me fait penser qu'au primaire, on avait un genre de "marathon" de lecture. On devait lire X nombre de livres pendant une période déterminée et on accumulait des points (les points dépendaient du niveau du livre) et on pouvait échanger nos points contre des cadeaux. Je me souviens, entre autre, d'avoir été tellement fière de ma belle serviette de plage blanche et rouge!
    Et ça a fonctionné! Depuis, j'aime autant lire, même si je n'ai plus de cadeau depuis longtemps au bout de la ligne ;-)

    By Anonymous SuperCath, at 19.4.07  

  • c'est toujours intéressant un billet pédagogique, je garde les idées pour fiston.
    Je ne pense pas qu'il sera un grand lecteur bien que j'aimerais lui donner le goût de la lecture.
    Pour lui, il faut que tout soit mathématique. pour l'instant, quand j'écris son nom, il me dit « ça ne se peut pas maman, il y' a trop de lettres, regarde!» et il se met à compter les syllabes sur ses doigts. J'ai essayé de lui expliquer la différence entre les syllabes et les lettres mais ce n'est pas si simple...

    By Anonymous marjan, at 19.4.07  

  • Pour mon plus vieux, qui n'aimait pas lire au début (quel désespoir pour une maman prof, fille de prof de français...), j'ai découvert qu'il fallait lui offrir des lectures sur des sujets qui le passionnent.
    Fiston adore jouer aux "bionicle", une gamme de jouets de constructions créés par LEGO. Il se crée toutes sortes de robots, véhicules, etc., sans même suivre les modèles proposés. Il peut passer des heures à jouer, encore aujourd'hui, à presque 11 ans. Un petit créatif, quoi !
    Tout dabord abonné à la revue (gratuite, soit dit en passant), il attendait impatiemment le numéro trimestriel dans lequel se trouvait une petite bande dessinée, mettant en vedette les robots bionicle. Dans chaque revue se trouve un "chapitre" de l'histoire, alors chaque fois qu'il en recevait une nouvelle, il la scotchait avec les autres, pour se faire un livre, qu'il lisait et relisait.
    Quand j'ai découvert les romans bionicle (chez scholastic), dès leur sortie, même s'ils ne sont pas illustrés, il a sauté dessus et les a lus l'un après l'autre, d'une traite. Et voilà ! Mon grand est maintenant complètement accro à la lecture. Il s'est mis à lire aussi les Amos Daragon, Pakkal, etc., tous des romans jeunesse dans la catégorie "fanstastique"où l'ambiance est inspirée de l'époque médiévale.
    Maman-prof et grand-papa-prof sont tellement contents pour le bel Alexis...

    By Anonymous Renée-Claude, at 19.4.07  

  • Un jour, si tu peux, ce serait cool que tu fasses le billet inverse, à savoir comment les arrêter de lire! ;-)

    Blague à part, je pense comme les autres que l'attitude de la famille face à la lecture et/ou aux livres peut aider... J'ajoute deux autres trucs de maman ayant 3 dévoreurs de livre : avoir des livres un peu partout (bibliothèque, mais aussi salle de bain, cuisine, chambre), acheter ou emprunter les livres AVEC les enfants :-)

    By Blogger Symbiose1, at 19.4.07  

  • Pour le premier commentaire que je lis de toi, j'avoue que c'est assez pédagogique! Mais, oh!!! Combien vrai!

    J'adore le message sur les parents papoutes... Un de mes parents a déjà d'ailleurs voulu que sa fille sorte de la classe parce que ses difficultés en mathématiques lors des devoirs(pas si épouvantables) peuvent amener des émotions intenses... My God!

    By Anonymous Superortho, at 19.4.07  

  • Pas si maudit que ça, le prof!
    J'achète la théorie de ce billet.

    By Blogger plume_de_fee, at 20.4.07  

  • Cher PM,

    Dans son prochain programme de français lecture au deuxième cycle du secondaire, le MELS veut que les élèves lisent cinq oeuvres par année. Cinq, rien de moins!

    Ayant eu le bonheur d'avoir une haut fonctionnaire secteur lecture sous la main, je lui ai demandé ou allait-on trouver le fric pour acheter tous les romans qu'il faudra pour atteindre cet objectif. J'attends encore sa réponse, mais j'ai compris qu'on nage dans l'illusion la plus réelle. Quand on est rendus à croire ses propres mensonges, il n'y a qu'un pas pour verser dans la folie.

    Par ailleurs, je n'ai jamais cru à l'équation lire aide à mieux écrire. J'ai des élèves qui ont toujours un roman dans les mains (certains en lisent deux par semaine) et ils sont mes derniers de classe en écriture. Orthographe et grammaire aléatoires, comme je dis.

    La différence entre AIMER lire et SAVOIR lire est fondamentale et vous l'exprimez bien, cher PM.

    Peut-être suis-je naïf, mais je ne crois pas qu'il existe des élèves qui n'aiment pas lire. Il existe plutôt des élèves qui n'ont pas TROUVÉ ce qu'ils aiment lire. Comme je leur dis parfois en boutade: «Ce n'est pas parce que la première fille que tu as embrassée puait de la gueule que tu en es resté là. Il t'a fallu trouver la bonne. C'est pareil pour un livre.» Et le rôle d'un enseignant est à la fois d'être un modèle, un guide et un pusher.

    UN MODÈLE en montrant qu'il lit et qu'il aime lire. Je parle souvent des livres que j'aime à mes élèves. Ils me voient souvent avec un livre à la main ou sur mon bureau. Je lis. J'incarne cette action. Et je ne méprise jamais ceux qui ne partagent pas ce goût.

    Quand je pense que j'ai des collègues qui ne lisent pas ou ne lisent plus, je comprends pourquoi ils n'arrivent pas à partager cette passion aux jeunes. Dans la même veine, je n’ai jamais obligé ma fille à lire. Par contre, il y a des livres partout à la maison. Du livre de poche au livre d’art de grande valeur, j’en ai honte, qu’on touche seulement avec les yeux tellement on a peur de l’abîmer… Quand je veux m’évader un peu, elle me voit lire. Pour elle, lire est une activité au quotidien parce que ses parents le vivent de cette manière. Dans la même veine, ma fille s’est tapé des livres sur l’histoire des Canadiens de Montréal qui traînaient chez moi parce qu’elle trouvait que leur gardien était cute, simplement.

    UN GUIDE en les dirigeant vers des oeuvres susceptibles de leur plaire. Pour ce faire, il faut discuter livres avec eux, mais aussi lire de tout pour pouvoir leur indiquer des oeuvres qui répondront à leurs espérances. Je me suis déjà tapé des biographies de joueurs de hockey par curiosité. Eh bien, le premier livre qu'un de mes élèves a lu de sa vie a été la biographie du hockeyeur Dave Morissette. On ne parle pas de grande littérature, mais de fierté d'avoir lu un GROS livre AU COMPLET et d'en avoir parlé à d'autres. Par la suite, l'élève a pris goût à la biographie en général et, avoir eu plus de temps avec lui, on aurait pu parler écriture et psychologie.

    À travers son anecdote des romans Bionicle, Renée-Claude illustre bien ce principe. J’ai des élèves qui sont passés des cartes à collectionner et à jouer à Amos d’Aragon pour finir par se taper le Seigneur des Anneaux et même le Smirillion.

    UN PUSHER en fournissant à ses élèves rapidement une façon de combler leur besoin en livres. Visite rapide à la médiathèque, prêt fait à même ma bibliothèque personnelle, commande en librairie avec une amie complice. Tous les moyens sont bons. Cette année, le même livre a accroché quatre élèves d'un même groupe qui se le sont passé l'un à l'autre. Rien n'interdit aussi les cadeaux littéraires. Et je crois beaucoup à la bibliothèque de classe, même dans ma classe de grosse école secondaire.

    Bref, il existe divers moyens d'inciter à la lecture. Je voulais simplement ajouter les miens à votre liste, cher PM.

    By Blogger Le professeur masqué, at 20.4.07  

  • Je rajouterais qu'il ne faut pas négliger les BD. Les plus réfractaires à la lecture peuvent progresser en lisant des BD.
    Mieux vaut lire des BD que pas lire du tout.

    By Anonymous matinyoupi, at 21.4.07  

  • D'accord avec toi matinyoupi, les BD c'est ce qui m'a donné le goût de lire, enfant. Mais j'en lis toujours, quand j'ai moins la tête aux lectures "profondes" (je sais qu'il y a des BD songées, là... mais quand je suis moins en forme, je vais choisir des BD qui me font rigoler. Ça me fait du bien !)

    By Anonymous Renée-Claude, at 21.4.07  

  • Faire la lecture à nos pré-ados peut-être une bonne façon de les inciter à lire...

    J'ai eu mon fils de 10 ans en lui faisant la lecture du premier tome d'Amos Daragon.. Par la suite, ça lui a pris un an pour lire le 2e tome.. et l'année suivante, il a terminé toute la série... hihi !!

    Là, il veut lire les Harry Potter... Je ne sais pas s'il va se décider, mais il a maintenant le "goût" de lire...

    C'est un pas dans la bonne direction !! :o)

    By Blogger Enidan, at 21.4.07  

  • http://devoirsmaison.canalblog.com/

    :-)

    By Anonymous simonato, at 22.4.07  

  • Ici, il y a toujours eu des livres dans la maison, les enfants sont entouré de livres. Mon plus vieux n'est pas un gros lecteur, il me demande de lui acheté des livres, je le fais, mais il ne les lis pas toujours. Mais ce n'est pas grave, je ne force pas. Là il est tout content, il est rendue à son troisième Amos d'Aragon, ça pris du temps à lire les 2 premiers mais bon.

    Tandis que mon deuxième....Lui, il adore lire, il lit partout. Lui, il avait hâte d'aller à l'école pour APPRENDRE à lire. À la seconde qu'il a été capable de lire, il n'a plus arrêté, les journaux, les magazines, les BD, des romans, il lit tout ce qu'il lui tombe sous la main. En fait, il est comme moi.

    By Blogger Spring, at 23.4.07  

  • La lecture parent-enfant a un côté affectif, confortable, réconfortant si on la fait par pur plaisir et sans avoir le but détourné de "donner absolument le goût de lire". J'ai une fille qui a de très graves problèmes d'apprentissage, dont une dyslexie sévère, et les profs sont toujours impressionnés par la justesse et la richesse de son vocabulaire. Il est probable que nos lectures, bien confortables dans mon lit, (je lis et elle écoute et commente)aient directement contribué à ses connaissances, mais le plus important, c'est certainement le plaisir de passer un beau moment de complicité ensemble.

    By Blogger Une femme libre, at 23.4.07  

  • «Comment donc que j’peux y’en faire lire plusse?» Cette phrase m’a rappelé un évènement qui s’est produit il y a quelques semaines à la bibliothèque où je travaille actuellement. Une mère passait au comptoir et me demande des suggestions de romans jeunesses pour son adolescente. Je l’avoue : je ne suis plus trop au fait de la littérature jeunesse. Néanmoins, je questionne la mère (puisque l’ado n’était pas présente) sur le type de livres qui intéresseraient sa fille. Elle demande des romans ni trop courts ni trop longs et de genres variés, car elle ne sait pas trop quels genres sa fille préfère. Je recherche quelques titres (en fait, ce qui sort le plus en ce moment) et les lui propose, afin qu’elle choisisse un livre ou deux.

    Jusque là, rien de bien aberrant. Sauf que la mère part finalement avec la totalité des suggestions que je lui ai exposées. Avec la ferme intention de tout faire lire à sa fille adorée. “Dans ma jeunesse, j’adorais tellement lire ! Je voudrais tant que ma fille partage cette même flamme… Avec tout ce choix, il est impossible qu’elle ne trouve pas chaussure à son pied et qu’elle ne développe pas le goût de lire !” J’ai été choqué.

    Le billet du Prof Maudit est grandement intéressant en ce sens qu’il présente la distinction entre savoir lire et aimer lire. On peut savoir lire sans aimer lire, et pourtant ce sont deux choses que beaucoup estiment trop souvent comme étant indissociables. Le cas de la mère m’a choqué parce qu’elle n’a pas compris que sa fille n’aime peut-être pas lire. Pour cette mère, il était impensable que sa fille n’aime pas la lecture car *elle* aime la lecture. Les gens sont tous différents et ont des goûts, des attirances, des intérêts, des besoins différents.

    Comme projet de fin de DEC, des amies et moi avions travaillé sur une recherche concernant la transmission du goût de lire auprès des jeunes enfants. Le sujet nous intéressait car nous désirions tous travailler auprès des jeunes, nous étions passionnés par la langue française et nous partagions les inquiétudes des parents d’aujourd’hui qui voient leurs enfants plus intéressés par les jeux vidéo et la télé-réalité que par les livres. "Fahrenheit" 451 deviendra-t-il réalité ?

    Durant notre recherche, nous avons découvert que de forcer le jeune à lire par lui-même est une fort mauvaise idée. Plusieurs croient que d’obliger un enfant à lire dix pages d’un livre par jour, par exemple, est une bonne façon de lui transmettre le goût de la lecture. Pire encore est de le contraindre à terminer un livre qu’il a commencé. L’enfant ainsi contraint à lire développe plutôt un rejet de la lecture, qu’il perçoit comme une activité ennuyante et dégoûtante. Lire ne rejoint pas ses intérêt. Il perçoit le tout comme une corvée. Qui parmi vous se réjouit à la simple idée de faire du ménage ou du lavage ? L’enfant contraint à lire ressent la même chose envers la lecture.

    D’autres façons de dégoûter l’enfant face à la lecture : interdire les lectures légères (bandes dessinées, magazines, livres humoristiques…), choisir et sélectionner ses lectures (afin qu’elles aient toutes un contenu riche et éducatif) ou encore lui poser systématiquement des questions sur les livres lus (afin de voir si l’enfant a bien compris ce qui y était conté). Tout ceci prend une allure de travail scolaire et le plaisir est retiré (le vilain-mot-de-la-mort-qui-tue a été dit : travail). L’enfant, encore une fois face à un livre et à la lecture, se voit contraint de lire quelque chose qui lui déplaît.

    À l’opposé, des activités peuvent favoriser la transmission du goût de la lecture. Lire un livre avec son enfant est un excellent moyen de l’inciter lui-même à lire. Les bébés entendent la voix du parent comme une berceuse, les enfants aiment “jouer aux adultes” et imiter les grands, et même l’adolescent apprécie passer du temps avec son parent. En plus de combler des objectifs pédagogiques visés par le parent (élargissement du vocabulaire de l’enfant, élargissement de sa perception du monde), l’enfant perçoit cette activité comme une source de plaisir et de complicité avec son parent.

    Une fois que l’enfant sait lire par lui-même, le parent peut continuer à jouer un rôle important dans la sphère littéraire de sa progéniture. Le parent qui propose des lectures susceptibles de plaire à son enfant (et pas seulement en accord avec le goût du parent) l’encourage non seulement à poursuivre sa démarche d’apprentissage, mais aussi à explorer le vaste univers littéraire et à devenir autonome dans le choix de ses lectures. Le parent ne doit pas non plus rejeter systématiquement les “lectures légères” : si elles plaisent aux enfants, elle l’emmène à intérioriser la lecture comme un moyen de divertissement.

    Coin lecture et petite bibliothèque sont intéressants car ils offrent aux enfants la possibilité de lire des livres quand ils le souhaitent. De plus, lire soi-même un livre, sourire aux lèvres, en présence de l’enfant peut aussi stimuler l’intérêt pour la lecture : l’adulte montre l’exemple et démontre qu’il prend plaisir à cette activité.

    Mais l’important reste qu’il ne faut pas forcer le jeune à lire : s’il n’a pas envie de lire, il faut respecter son choix. Parce que peut-être l’enfant n’aime-t-il tout simplement pas lire ? On peut mettre en place des situations qui vont favoriser la transmission de la passion de lire ; il n’existe aucune recette miracle qui inculque à coup sûr des passions ou des intérêts aux êtres humains. Si nous sommes capables d’admettre que certaines personnes n’aiment pas les jeux vidéo, pourquoi en serait-il différent de la lecture ?

    By Blogger Hérisson, at 23.4.07  

  • L'amour de la lecture, c'est mes parents qui l'avaient avant moi. Je ne me souviens pas d'un jour de mon enfance ou mes parents ne me lisaient pas des contes, des histoires, en passant par les dieux grecs et les freres Grimm et le Kalevala et la poule rousse... J'ai appris a lire pendant qu'ils me lisaient ces histoires et des que j'ai ete capable de lire toute seule, je n'ai plus arrete! Les linguistes expliquent qu'un enfant a qui on lit regulierement depuis sa naissance (meme si c'est le journal de Wall Street ou Elle) aura beaucoup moins de difficultes a l'ecole et plus de chances de succes avec des etudes avancees.

    By Anonymous Dr. CaSo, at 24.4.07  

  • bientôt les vacances...j'espère que vous ferez vos bagages et iez voir ailleurs si vous y êtes...
    Un peu d'air frais et un changement de carrière s'impose petit monsieur.

    By Anonymous Anonyme, at 3.5.07  

  • @ l'anonyme : Mais quel commentaire désagréable et gratuit...

    Prof maudit, êtes-vous en enfer? 1 mois sans nouvelles, je commence à m'inquiéter. Vais-je pouvoir relire cette merveilleuse plume?

    By Anonymous la ratoureuse, at 25.5.07  

  • La lecture... J'enseigne le français su secondaire, donc je sais de quoi il en retourne. Je me retrouve toujours devant mon incompétence quand un élève me dit: «Je comprends pas ce que je lis.» et que ce jeune a utilisé toutes les «stratégies» possibles et imaginables.
    Comprendre ce que l'on lit, je suis d'avis que ça ne s'apprend pas vraiment. Soit, on peut aider, mais il y a une partie que je sais qui ne m'appartient pas en tant qu'enseignante. Inférer, déduire, induire, ce que mes élèves de 4 doivent faire, par exemple, n'est pas donné à tout le monde.
    Comprendre qu'un personnage peut être en colère sans que le texte porte le mot «colère», certains ne le comprendront jamais.
    Vous me taxerez probablement de désabusée/cynique, mais, que voulez-vous, mes élèves sont là pour me rappeler à quel point j'ai raison jour après jour.

    By Blogger Safwan, at 29.5.07  

  • Histoire d'égayer mon précédent commentaire, j'ai moi-même une mini-bibliothèque dans mes classes. En fait, j'ai deux gros sac remplis de livres de genres ausi différents que la poésie et la roman policier en passant par le «roman psychologique» ou Senécal. J'ai donné le goût de lire à certains jeunes tellement que Les sept jours du Talion a discrètement disparu de l'un des sacs. Vous savez quoi? Je suis heureuse qu'on me l'ait pris! Ça veut dire que j'ai vendu la lecture à au moins un élève, sans compter mes filles de secondaire quatre qui ont pleuré à la fin de Des souris et des hommes.
    Donner l'amour de la lecture, c'est tout à fait possible; c'est l'aspect pédagogique de la compréhension de ladite chose qui me rebute par moments, comme je le mentionnais dans mon précédent commentaire.

    By Blogger Safwan, at 29.5.07  

  • merci pour vos trucs, je dois justement aider un enfant à la lecture et il n'aime pas lire. Sa maman est débordée et m'a demandée à mon grand plaisir de l'aider à aimer la lecture.
    Je pense aussi que le DVD-livre peut être pas mal non ? je me souviens des heures à suivre les histoires sur mon 45 tours (ca date) et ca m'a donnée l'envie de lire.
    Merci en tout cas

    By Anonymous Anonyme, at 30.5.07  

  • Vous avez été tagué(e); marche à suivre sur mon blogue!

    By Blogger Safwan, at 31.5.07  

  • Tu as raison, il ne faut pas obliger les enfants à lire des romans s'ils sn'aiment pas, mais à utiliser la lecture comme l'outil qu'elle est... Je réalise en te lisant que tu as raison. En même temps, j'ai toujours poussé, de façon incantatoire, mes élèves à lire parce que j'aime tellement cela que je ne peux imaginer que l'on n'aime pas...

    By Anonymous theophano, at 8.6.07  

  • J'ai commencé la lecture par des BD et les visites obligatoires à la bibliothèque avec ma mère. Chaque semaine, je devais choisir au moins 5 livres. Dure façon d'aimer à lire, mis je croyais à cette époque que tous les enfants se devaient d'en lire autant.

    Je crois que le fait de voir ses parents lire et de nous faire la lecture chaque soir, aident les jeunes à plonger dans l'univers de la lecture!

    By Blogger Folliculaire, at 10.6.07  

  • Mais que se passe-t-il? Z'où êtes-vous?

    By Anonymous La belle Lurette, at 23.6.07  

  • Bonjour!

    Je sais que je suis extrêmement en retard pour commenter ce billet, mais comme je viens visiter pour la première fois et que je trouve le sujet bien intéressant, je me permet tout de même.

    Je suis enseignante au secondaire et cette année, lors d'un congrès, j'ai vu des enseignants du primaire faire quelque chose de génial. Ils ont acheté des livres, je crois que c'était de la série "Les Chevaliers de l'Émeraude" (J'espère ne pas me tromper), et comme ces gros livres étaient éffrayants pour certains élèves à cause de leur taille, ils les ont carrément découpés!

    Au début, ça me semblait un sacrilège, voyons, mettre les ciseaux dans un livre neuf! Mais non, mais non! Ils ont découpé chaque chapitre et en ont fait des petits fascicules reliés avec des cartons, de la colle et du papier collant. C'est vraiment brillant! D'abord, chaque fascicule étant distinct, ça permettait à plusieurs élèves de lire le livre en même temps. Ensuite, les élèves s'attaquant à ces "petits livres", n'étaient pas découragés par le nombre de pages et terminaient leur lecture rapidement. Finalement, au bout de quelques chapitres, la majorité des élèves, au moment de prendre le fascicule suivant disait: "Non, non, je vais prendre le gros livre cette fois-ci, je suis capable!" :-)

    Ce qui me semblait un acte de vandalisme à première vue s'est avéré un truc fantastique!

    By Blogger Maude, at 23.6.07  

  • Hehe :)

    Jamais été un lecteur du type "j'aime lire" ou "lire pour lire", ni dans ma tendre jeunesse, ni au présent actuel. Mon plus vieux (petit papoutte) semble être monté sur le même moule (et commence 1ère année prim. en sept.)...

    J'acquiesse vos trucs, et rajouterai-je qu'il ne suffit que d'une simple motivation pour lire. Mon enfant n'aime pas la lecture, cependant il est conscient qu'il est disfonctionnel tant qu'il ne saura pas lire (que ce soit fun ou plate), et du coup - en phase 2 - son activité suggère qu'il aura à lire, p-ê pas comme divertissement direct, mais pour apprendre sur les sujets qui le branche (un peu comme pour la recette, mais de son propre gré).

    Mon 2 cents...
    Toujours intéressants tes articles PM, les commentaires sont intéressants, et drôle parfois :)

    By Blogger Dominic, at 5.7.07  

  • Ah la lecture. Personnellement, j'ai été dégouté (comme tu dis) au collège avec tous les "bouquins" (j'insiste sur ce terme) à lire de manière obligatoire. Je me rappel que la 1ère chose que j'effectuais lorsque j'avais le "bouquin" entre les mains, c'était de calculer le nombre de page à lire par jour pour finir dans les temps. Vous imaginez le calvaire.
    Et maintenant je lis, mais jamais au grand jamais des bouquins. Je lis des magazines, des jurnaux, et pas mal de blogs.

    By Anonymous Le prof à la dérive, at 12.7.07  

  • Coudonc, les méchants élèves auraient-ils eu raison du môdit prof??? J'espère bien que non... À quand les nouvelles?

    La grenouille

    By Blogger La grenouille, at 27.7.07  

  • Bonjour à vous, c'est une invitation à visiter mon blog et à me donner votre avis le concernant. J'y raconte des histoires. Des enfants de Besançon y chantent et disent des poésies. Dans mes liens des sites d'artiste chanteurs, musiciens, conteurs, écrivains, illustrateurs et des associations qui m'interpellent.
    Bonne ballade !
    (moi ce que j'aime quand je vais faire des lectures dans les écoles maternelles de Besançon, c'est quand les petits inventent une histoire dans l'histoire que je leur raconte, c'est génial !)
    Noëlla Lecomte
    http://continesendirect.bloguez.com/

    By Anonymous Lecomte Noëlla, at 14.8.07  

  • J'espère que la fin des vacances annoncera la fin de votre silence Prof maudit, parce que vraiment, ça manque à mes lectures de ne plus avoir de nouveaux textes à me mettre sous la dent! :)

    By Blogger la marâtre, at 21.8.07  

  • Je cite : " votre petite fille veut vous aider pour une recette ? "... " votre bambin veut faire du bricolage ? "
    Est - ce bien pédagogique ces clichés ????
    La femme à la cuisine , l´homme à l´atelier !
    à part cela votre blog est très bien et vos idées pour faire lire les enfants sont excellentes .

    By Anonymous Anonyme, at 31.8.07  

  • Prof Maudit... Où êtes-vous donc? Je viens voir tous les jours si vous n'auriez pas publié un autre texte... en vain...

    By Anonymous Anonyme, at 10.9.07  

  • Moi je pense que si on continue d'obliger ces pauvres gamins à lire, bientôt il n'y aura plus personne devant les émission de téléréalité et ça j'en tremble rien que d'y penser. Mais Dieu merci, j'ai confiance en l'avenir et dans le pouvoir séducteur de la télévision. ;-)

    By Anonymous Herbert le grand Khan, at 20.9.07  

  • Dites, êtes-vous en congé prolongé?

    Contrairement au lecteur précédent qui vous assène, avec jalousie, du "petit monsieur", moi je m'ennuie terriblement de votre prose et de votre regard sur les choses et la vie.

    À quand votre retouuuuuuuuuuur?

    By Anonymous Natcho, at 4.10.07  

  • Fournissez de la littérature érotique voir même un livre d'Alexandre Jardin et vous allez augmenter l'intérêt des jeunes pour la chose...

    By Blogger charity bernhard, at 5.10.07  

  • Où êtes-vous Prof maudit?
    On s'ennuie...

    By Anonymous Anonyme, at 12.10.07  

  • Si tu n'aimes pas les olives noires, je vais t'en faire manger jusqu'à temps que tu me dises que tu aimes ça.

    Si tu es allergique au beurre d'arachide, je vais te préparer deux belles beurrées dont tu me donneras des nouvelles.

    C'est la belle logique de notre milieu scolaire...

    Très bon billet, bravo!

    By Blogger En saignant, at 14.12.07  

  • Bonjour,

    Je ne comprends pas le dernier commentaire. Quoi qu'il en soit, on peut dire que vous touchez une corde sensible. J'ai déjà écrit sur le même sujet sur mon blogue et dans Le Devoir. D'ailleurs, nous avons appelé notre cahier littéraire Le Plaisir des livres (choix de Paul-André Comeau), car nous croyions que le plaisir était au coeur de l'acte de la lecture. Barthes revendiquait déjà le droit à ne pas lire ce qui ne nous plaisait pas, sans se sentir coupable de laisser un classique nous tomber des mains. Le droit à ne pas aimer lire, le droit à ne pas lire, le droit à ne pas se sentir coupable de ne pas lire, etc., devrait aller de soi. Aucune obligation ne peut donner le goût du fruit défendu ou du vice impuni.

    Je suis pleinement d'accord avec la majorité des intervenants de ce blogue, le plaisir de lire se propage par l'exemple. Si l'on n'a pas de plaisir à lire soi-même, difficile de transmettre ce goût-là. Et ce goût-là de la lecture peut apparaître à n'importe quel âge. Moi, j'ai commencé à lire à 20 ans, quand j'étudiais en physique à l'UDM. Cinq ans plus tard, je collaborais à la création du Plaisir des livres.

    Bonne fin de tempête de neige et bonnes lectures à toutes et à tous.
    GF

    By Blogger Plotin, at 16.12.07  

  • un délice ce billet, mais j'aimerais que le prochain porte sur comment donner le gout de l'écriture, particulièrement à des profs blogueurs qui prennent trop de vacances de leur lecteurs! ;)

    By Blogger Cuauht, at 15.1.08  

  • Je me suis tapé un marathon de lecture de ton blogue en une soirée et me voilà maintenant charmée!
    Ta spontanéité me fait beaucoup rire, il fait bon de découvrir des blogues intelligents et sensibles!
    Bravo à toi!

    By Blogger Aude!, at 20.1.08  

  • J'espère qu'à force d'être maudit, tu n'est pas retrouvé en enfer :) Voilà un bon moment que je n'ai plus eu le plaisir de te lire, bientôt un an... Reviens-nous vite.

    By Blogger Jhon, at 1.4.08  

  • Question maudite pour profmaudit...

    Est-on obligé d'aimer lire?
    Ou plutôt ne lit-on que via les livres?

    Ne peut-on lire la vie dans les paysages, lire l'humanité au fond des regards, lire la cruauté dans les journaux TV, lire le passé dans une oeuvre d'art, lire le futur au musée de l'espace, lire le présent au sommet de la tour de Taipéi, lire l'homme dans ce qu'il est et ce qu'il crée...pas juste dans ce qu'il écrit?

    Ostiane
    BLOG BLEU PRIMAIRE

    By Anonymous BLOG BLEU PRIMAIRE, at 7.5.08  

  • Bonjour cher prof maudit.... j'aime à vous lire et vous m'apportez la détente et le sourire à chaque fois... Si je viens à vous aujourd'hui c'est simplement qu'il m'a été décerné un prix et qu'il me faut, à mon tour récompenser des blogs ou sites qui me touchent...alors j'ai penser à vous... et si vous désirer en savoir un peu plus, alors rendez-vous sur mon espace.. http://emma-et-compagnie.blogspot.com/
    à bientôt - Emma

    By Blogger emma, at 7.7.08  

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home