Les Confessions d'un Prof Maudit

12.10.06

Meet the parents

À lire les commentaires, plusieurs ont bavé toute la journée dans l’espoir d’un billet hyper croustillant sur les parents. Prenez quelques instants pour bien essuyer votre clavier et calmer vos chaleurs naissantes avant de poursuivre votre lecture.

Est-il besoin de préciser qu’il existe plusieurs types de parents? Je pourrais parler de la minorité, celle qui est conséquente entre l’école et la maison, celle qui ne dénigre jamais le prof devant son enfant et celle qui fait un suivi serré et efficace des retards, stagnations ou avancés pédagogiques de son rejeton. Mais on s’en torche de ses parents là! Y’ont rien de palpitant. Font presque chier d’être aussi parfaits tant y’a rien à leur reprocher. Non. Ceux qui vous intéressent, bande de petits vicelards web-maniaques, ce sont ceux qui me font chier, hein? Ceux qui me font presque perdre contenance en réunion. Ceux qui me font lever les yeux au ciel comme une adolescente avec leurs mots pathétiques dans l’agenda. Ceux qui me font dire que la DPJ devrait avoir un ministère pour elle seule ou que le Québec devrait se doter d’une politique de contrôle des naissances digne de Fortress avec Christophe Lambert. Et bien c’est de ceux-là dont je vous parlerai.

Aujourd’hui : le parent papoute. (Insérez ici petite musique des capsules télévisées du Service canadien de la Faune des années 80) Qu’est-ce qu’un parent papoute? Ou plutôt, comment bien identifier le parent papoute?

- Le papa papoute et la maman papoute, lors de la présentation du personnel de l’école à l’assemblée de la rentrée, vous font des tatas comme si vous étiez un flo brainwashé qui récite mécaniquement les paroles de Maudit bordel de Marie-Chantal Toupin à L’École des Fans.
- Le papa papoute coupe lui-même la viande dans l’assiette de sa fille de 8 ans parce qu’un couteau, voyez-vous, c’est dan-ge-reux.
- La maman papoute vous remet la fiche d’allergies de sa fille en précisant qu’elle a écrit au verso les allergies qu’elle «pense» que sa fille a, comme si la liste officielle n’était pas déjà assez handicapante.
- La maman papoute, alors que petit garçon vous regarde avec des yeux qui crient «Sauve-moi!», refuse que son fils de 10 ans participe à la classe verte «parce qu’il pourrait s’ennuyer».
- Le papa papoute, à chaque rencontre pour la remise du bulletin, parle à sa fille de 12 ans comme si elle était un caniche miniature : «Pourquoi qu’elle a de la difficulté, la fi-fille? Elle veut-tu le dire à pôpa, hein? Dis-le à pôpa.»
- La maman papoute écrit dans l’agenda de son fils qu’il serait préférable que je diminue mes exigences pour les évaluations parce que les examens donnent des migraines à son pauvre fiston.
- Le papa papoute laisse toujours son fils de 10 ans gagner à n’importe quel jeu pour ne pas le brimer dans son estime de soi.

Ô scandale, je n’invente rien. Chacune des précédentes situations a été pour moi une expérience traumatisante. Deux choses arrivent aux enfants des parents papoutes. Ils deviennent des jeunes incapables d’affronter les bas de la vie réelle, de faire face à la moindre forme d’échec. Ou alors ils se transforment en rebelles extrémistes qui discutent et obstinent toute suggestion – qu’elle soit bonne ou mauvaise – venant d’une quelconque forme d’autorité.

Vous ne réussissez toujours pas à bien visualiser le phénomène? Je vous suggère cette vidéo d’un papa papoute en pleine action. C’est d’ailleurs ce clip qui m’a fait choisir ce surnom de «papoute».

27 Comments:

  • Crime que c'est bon! Bien moi, j'te donne un méritas, un tableau d'honneur, un bonhomme sourire ou n'importe quel truc, le Goncourt, tiens.
    Les Papoute sont encore Papoute au secondaire! " Hein, Ti-Nomme? C'est toi l'homme de la maison asteur. Cé-tu vrai c'qu'a dit, la maîtresse? Moman a t'comprend." Puis quand ils sont en manque d'arguments, des bonhommes Papoute se mettent à nous tutoyer avec un gros rire gras puis à cruiser même.

    Merci pour ton billet.

    By Blogger souimi, at 12.10.06  

  • Les parents Papoutes, ce sont ceux qui disent à leur garçon: «Deviens un homme, mon fils, mais pas trop vite pis attends que je te dise quand...» Je les soupçonne d'avoir peur de vieillir, de se ramasser tout seul ou de n'être que des enfants opprimés qui ont décidé de reproduire ce qu'ils ont connu dans leur jeunesse.

    Le plus rigolo des Papoutes, c'est qu'ils cherchent sans cesse l'assentiment des autres adultes pour continuer de castrer leur enfant. Combien de fois ils essaient de m'expliquer à quel point leur enfant n'est pas prêt à... sont trop jeunes pour... tandis que ce dernier se garroche dans la dope, le cul ou la dépression pour fuir l'oppression parentale.

    Terminons avec ce proverbe joyeux chez les enseignants: «Il faut un permis pour avoir un char, mais pas de permis pour avoir des enfants!»

    By Anonymous Un grand menteur de l'éducation : ), at 12.10.06  

  • Dieu du ciel il est revenu ! Comme la Mathilde du grand Jacques (pas Chirac, le grand on a dit...). Quelle délectation que de lire tes billets d'humeur, célèbres jusqu'outre-atlantique, c'est jubilatoire... Continue à écrire, on continuera à te lire donc te soutenir. A bientôt chez les frenchies !

    By Anonymous vincentparis13, at 13.10.06  

  • Effayant!!!! J'connaissais pas les paploutes, j'savais encore moins que ça existait sous une autre forme que la vidéo-fiction!!!!!

    J'espère que le Prof'maudit que vous êtes, saura redonner un peu d'estime de soi, aux pauvres enfants de ces monstruosités!!!!

    Bonne Chance!!!

    By Anonymous Anonyme, at 13.10.06  

  • je leur donnais un autre nom, mais papoute..quel beau nom pour ses parents qui ne veulent que le meilleur pour leur enfants ( oui oui il veulent le meilleurs) je ne sais pas quel meilleurs mais sé sa qui veulent! hahahahahah sé tu beau rien qu'un peu plein d'autruche la tête dans le sable et quand ils voient leurs enfants a 17ans tout croche y commprenne pas pourquoi ou si y sont trop jeune y appel DR. Nadia pcq y on perdu le contrôle :P hahahha je suis sur que les papoute écoutent super nanny :P hahah ( chu méchante......) mais sa fait du bien :) VIVE le retour de prof maudit!

    By Anonymous Anonyme, at 13.10.06  

  • "pôpa papoute y va chercher d'la grème à glace, d'la bonne grème à glace, mioum! mioum!"
    :P

    By Blogger Eve, at 13.10.06  

  • Si je n'avais pas un appareil dans la bouche, je grincerais des dents tellement ces parents sont vibrants de pathétisme...

    J'admire votre bravoure, prof!

    By Blogger Chocolyane, at 13.10.06  

  • Les papoutes me tuent!!!! Je travaille avec des parents papoutes.... Je les entends a travers les murs cartonés de mon cubicule et j'aurais envie de les secouer comme des pruniers.... Prof Maudit, vous avez toutes mon admiration pour ne pas en avoirfait du pâté de chat!!!!

    By Blogger Fairy, at 13.10.06  

  • Ouf... je ne me suis pas reconnue comme parent patoute....je suis sauvée...ha..ha..

    By Anonymous Anonyme, at 13.10.06  

  • Hooooooooooooo mon dieu.....
    On a tu notre lot de parents papoutes!!!...
    Une mère qui me dit que j'aurais pas dû avoir, sur la 4e tablette de mon rangement, la boîte de Nesquick que je gardais pour les surprises ou expériences de goût (maternelle), comme ça son fils aurait pas eu la brillante idée d'aller grimper pour prendre ladite boîte enrobée dans un sac d'épicerie bien noué afin d'en prendre une grosse pincée alors que je l'avais mis en retrait... J'aurais pas dû, c'est pas santé du chocolat!... ben ouais, pour ça que ça boîte à lunch est BOURRÉE de biscuits et que fiston est 9excusez l'appelation) plus bouboule que moi... Pas peu dire!

    Ou l'autre qui se demande pourquoi sa fifille pleure depuis 2 mois et demi à l'école.... ben ouais, môman papoute est tellement après que fifille est super insécure.

    Bravo prof Maudit!!! Longue vie à toi!!!!

    By Blogger Dobby, at 13.10.06  

  • Il y a une mère qui, lorsque j'enseignais à la maternelle, est arrivée comme une hystérique parce que je lui avais volé un moment précieux de sa vie de mère. J'avais expliqué à sa fille le mystère de la vie. CHASUBLE! J'étais enceinte jusqu'aux oreilles, j'avais pris 50 livres, je roulais comme une mongolfière, j'avais 7 mois de grossesse bien accomplis et la petite m'avait tout simplement demandé comment le bébé était arrivé dans mon ventre. Je n'étais tout de même pas pour lui dire que c'était l'opération du Saint Esprit, bordel. Ni des Éloïmes!

    By Blogger souimi, at 13.10.06  

  • Quelle description criante de vérité je n'ai lu qu'un post pour le moment j'arrive à peine chez toi. Et je viens de loin (France - Savoie).
    Mais je reconnais bien quelques parents d'élèves que j'ai croisé depuis que mon premier a commencé l'école. Je me suis toujours demandée comment faisaient les enseignants pour les supporter !
    Courage

    By Anonymous La Troll Family, at 14.10.06  

  • Est-ce vrai que seulement une minorité des parents sont de BONS PARENTS, je rêve ou quoi, alors tous les autres...ce sont de MAUVAIS PARENTS, c'est incroyable, c'est vraiment ce que vous pensez, c'est bien ça.... la majorité des professeurs croient que la majorité des parents ne méritent pas de l'être. Je suis renversée....alors est-ce que je devrais avoir peur à ma prochaine rencontre de parents de me faire regarder de haut en pensant que ce prof me prend pour une moins que rien et que je suis une mauvaise mère, je ne vois vraiment plus les profs de la même façon après avoir lu ce blog...j'ai toujours pensé, peut-être naïvement que les professeurs étaient objectifs, qu'ils nous secondaient en matière d'éducation (vivre en société, politesse...etc.) et que nous les secondions en matière d'éducation scolaire...je suis vraiment naïve, moi qui a toujours fait confiance aux professeurs de mes enfants....je serai sur mes gardes à l'avenir merci de m'avoir ouvert les yeux...

    By Anonymous Anonyme, at 14.10.06  

  • Un instant là.... Il ne faut pas partir en peur. On ne croit pas que la majorité des parents sont de mauvais parents. On ne croit pas détenir la vérité absolue non plus. Par contre, il est vrai que, par prétexte d'aimer ses enfants, plusieurs parents les surprotègent et ne leur rendent pas service.

    Je suis enseignante et je suis aussi une mère. C'est sûr que mon réflexe naturel serait de vouloir protéger mes enfants de tout, de toujours tout faire pour leur éviter l'échec et d'avoir mal. Si je m'arrête 2 secondes pour y penser, je réalise vite que je nuirais énormément à mes enfants en faisant ça. Mon rôle est de les préparer à la vie, à être autonomes, à voler de leurs propres ailes. Aussi, on apprend beaucoup de nos échecs. De plus, je ne serai pas toujours là pour les cacher sous mon aile. Il faut que j'apprenne moi-même à les pousser graduellement en bas du nid.

    Croyez-moi, plus tard, dans le grand marché du travail, mes enfants n'auront pas de patrons papoutes. Ils devront avoir appris à vivre dans ce monde parfois rude. Si je ne les ai pas préparés, ils trouveront ça très dur.

    Et si vous me demandez ce que je pense des parents, je vous répondrai que, oui, il y en a des mauvais parents. Mais la majorité des parents ne veulent que le meilleur pour leurs petits. Parfois, ils sont maladroits. Parfois, ils sont parfaits. Parfois, il ne suffit que d'un petit coup de pouce pour leur faire réaliser que leur enfant n'est plus un bébé.

    Il ne faut jamais oublier que le parent est souvent "l'expert" de son enfant. Il le connaît mieux que je ne le connaîtrai jamais. Il est donc important, pour nous enseignants, d'écouter aussi les conseils des parents. Mais à l'inverse, chers parents, sachez que votre enfant n'est peut-être pas à l'école, le même petit ange qu'il est à la maison. Parfois l'ange se transforme en démon lorsqu'il est en présence de 26 autres enfants différents et d'une structure scolaire à respecter.

    By Anonymous Anonyme, at 14.10.06  

  • Bonjour Prof Maudit.

    Tu es bon toi! Je devrais apprendre de toi. Je regarde tes Statistiques Hérétiques à l'instant. Comment arrives-tu à faire ton travail avec seulement 221:39 de calvaire? Je dépasse largement!!!! De plus, je dois avoir un âme de Mère Thérésa puisque je dépasse aussi mes Pertes monétaires qui s'élèvent à plus de 500$. Après ça, on se fait dire qu'on roule sur l'or et qu'on ne travaille pas fort.

    Continue ton excellent travail. Ton blogue est un exutoire pour moi. Ton ton sarcastique dédramatise mes journées. Ça me permet de voir les moments les plus difficiles avec humour. J'arrive ainsi à garder ma passion du métier. Mille mercis!!!

    By Anonymous Mme Professeure, at 14.10.06  

  • Tous les parents ne sont pas de mauvais parents, mais... on est comme les médias. Depuis quand avez-vous vu le bulletin de nouvelles commencer sur une bonne note?

    Les bons parents c'est la "norme" alors on en parle peu. Les autres ben... vaut mieux en rire qu'en pleurer?

    Dans mon école (premier cycle du secondaire), nous devont communiquer avec les parents chaque fois qu'il y a une expulsion de cours. Étrangement, avec certains parents c'est la faute du prof, on se fait joyeusement engueuler. Mais le jeune se fait expulser en math, en français, en anglais, en arts, en morale, en sciences... ça fait toujours ben 6 profs qui sont dans le champs.

    By Anonymous MmeProf, at 14.10.06  

  • @ Mme Prof et @ un utilisateur anonyme et maman

    Merci, de votre commentaire, vous venez de me réconforter...j'ai vraiment cru que l'idée générale des profs étaient que les bons parents sont une minorité...ouf...je suis 100 % d'accord qu'il y a de mauvais parents .... mais je pense sincèrement que la plupart sont de bons parents, qui veulent le meilleur pour leurs enfants, je pense toujours que l'encadrement familial, la routine, sont les outils principaux pour former la personnalité et l'autonomie d'un enfant, et c'est ce que j'essaie de faire avec les miens. Mais, je reconnais aussi qu'il m'arrive de faire des erreurs et de parfois prendre de mauvaises décisions, je fais de mon mieux pour que mes enfants deviennent des adultes responsables et équilibrés, et j'ose espérer que je suis sur le bon chemin.

    By Anonymous Anonyme, at 14.10.06  

  • De se poser la question... c'est prendre la bonne voie @anonymus :)

    En tant que parents, en tant qu'enseignant, en tant qu'être humain tout simplement, nous devrions tous avoir la modestie de nous remettre en question.

    By Anonymous MmeProf, at 14.10.06  

  • Rassurons cette maman avant qu'elle n'appelle le ministre de l'Éducation, Jean-Marc Fournier, ou sa cheerleader officielle, Mme Diane Miron (présidente de la Fédération des comités de parents du Québec).

    Il ne faut pas mettre tous les parents dans le même panier. Il existe d'excellents qui ont voulu, conçu et élevé leur enfant avec coeur, intelligence et rigueur.

    Seulement, il faut avouer qu'il y en a aussi des castrateurs et des très mauvais. Généralement, ce sont les enfants de ces derniers qui explosent dans nos classes et qui emmerdent une école entière en nous obligeant à faire des règlements sur tout et rien. Et généralement, les géniteurs de ces enfants les défendent bec et ongles dans un déni évident de constater leur échec parental, quand ils s'en préoccupent, bien sûr.

    Les exemples de mauvais parents sont spectaculaires et marquants. J'ai un élèves qui a dénoncé ses propres parents à la police parce qu'il était écoeuré des deals de coke qui avaient lieu à la maison à toute heure du jour et de la nuit. Cet exemple frappe davantage l'imaginaire que le parent qui écoute son enfant et qui partage un quotidien de qualité avec lui, vous en conviendrez...

    Seulement, et c'est là le point essentiel, ce n'est pas parce qu'on est parent et qu'on a déjà été un élève qu'il faut jouer au gérant d'estrade ou prendre la part de son pauvre ti-pit qui fait donc pitié...

    Pour ajouter au débat et pour conclure, on a peur au Québec de remettre les parents en question parce qu'on vient dans une culture ou il faut éviter de créer de responsabiliser les gens de crainte d'en faire des victimes.

    By Anonymous Un grand menteur de l'éducation : ), at 14.10.06  

  • Il y a un article très intéressant dans La Presse, section Plus, p.7 aujourd'hui même. Lisez Maxime-Olivier Moutier qui nous offre sa perspective en tant que parent. Il n'est pas prof en passant. Il fait certainement partie des parents que nous considérons tous extraordinaires.

    Puis oui, il y a une grande quantité de parents extraordinaires, comme leur enfant d'ailleurs et comme beaucoup de profs aussi.
    On ne s'est jamais gêné pour dénoncer des énormités dans le domaine de l'éducation , j'vois pas pourquoi il faudrait taire les comportements nuisibles affectant comme ce n'est pas possible le développement d'un enfant.

    By Blogger souimi, at 14.10.06  

  • @ anonyme À ma défense, je dirai que dans les termes, dès qu'on tombe à 51% contre 49%, l'un est la majorité et l'autre la minorité. Pour moi, quand je parle d'une minorité de parents, je n'ai pas un 5%, 15% ou même un 25%. C'est plus dans l'ordre du 55% versus 45% Et encore: il est clair que, comme prof, on est plus marqué par le mauvais que par le bon parent.
    N'allez pas croire non plus que les profs cherchent les p'tites bêtes noires. J'ai tendance à mettre les parents tous au même niveau dès le départ, même si parfois certains indices sont troublants. Tout désagréable que je puis être, je m'efforce de voir d'abord le positif chez les gens. C'est-tu pas assez paradoxable comme démon, ça? :)

    By Blogger le Prof Maudit, at 14.10.06  

  • Si jamais je deviens comme ca avc mon fiston, sacrez moi ens une!

    By Anonymous lp, at 15.10.06  

  • Les papoutes!!! Tu m'as vraiment fait rire!! L'inventeur des têtes-à-claques est un génie!!
    Prends le temps de regarder "Le Camping". J'en aî presque fait pipi dans mes culottes.

    Pour la rencontre de parents, la mienne est le 9-10 octobre et d'ici là, j'espère que tous les parents de mes élèves vont oublier de venir me voir!! HAHA

    BON RETOUR PARMI NOUS!

    By Blogger Ness, at 15.10.06  

  • @ Mme Professeure - Si on divise le temps de calvaire par le nombre de jours, on obtient quand même 7 heures par jour. Ça fait 6 heures de plus par semaine que ce pour quoi nous sommes officiellement rémunérés. Rassurez-vous, très chère: il me reste encore des corrections qui traînent, on approche des évaluations d'étape et les bulletins s'en viennent. Ça va skyrocketé dans pas long!

    By Blogger le Prof Maudit, at 15.10.06  

  • @Mme Professeur:

    Quand je dis aux gens le nombre d'heures que je fais par semaine lorsque je suis à contrat, je me fais répondre toutes sortes d'imbécilités parce que bien évidemment, ils ne me croient pas. J'aurais besoin d'une caméra pour filmer chacune des heures travaillées. Si des profs comme nous étaient payées pour les heures réellement travaillées, là, on roulerait probablement sur l'or :) Mais à force de travailler autant, il va nous falloir plus de vacances! Hahaha :) J'entends déjà les gens se plaindre que ça compense vu qu'on a 2 mois de vacances. 2 mois?!? Pas quand on commence en tout cas!

    By Anonymous Annie, at 17.10.06  

  • Prof Maudit : avez-vous un nom pour le parent (le plus souvent une mère au foyer) qui a le nez fourré partout et surtout là où elle n'a pas d'affaire?

    La voisine d'à côté est comme ça et, comble du malheur, son petit est dans la même classe que le mien.

    Vendredi, elle était au bord de la cour d'école pendant la récré du midi. Evidemment que son petit est venu la voir et evidemment que les amis du petit (dont le mien) l'ont suivi.

    Ben le lundi d'après, elle était dans le bureau de la directrice en train de se plaindre que les éducatrices au service de garde laissent les enfants sortir de la cour d'école.

    Comme de raison, la voisine nous a téléphoné pour essayer de nous embarquer de son bord étant donné que notre enfant était mêlé là dedans.

    L'affaire c'est que mon épouse et moi sommes profs tous les deux... j'espère juste que la directrice lui a ri dans la face autant que nous autres.

    By Blogger PlanCartésienSurDeuxPattes, at 18.10.06  

  • Superbe travail!!! Continuez votre blogue... Je vis certaines situations semblables et je suis au secondaire... des élèves qui appelent leur parent à la pause pour se plaindre d'un commentaire qu'on a passé lors d'une période, ou encore des élèves dont je reçois des excuses des parents car ils n'avaient pas leur linge d'éducation physique... Comment ces jeunes vont-ils réussir à se responsabiliser un jour... ça en est presqu'abhérent...

    By Anonymous Anonyme, at 18.11.06  

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home