Les Confessions d'un Prof Maudit

16.2.07

Ça change pas le monde, sauf que...

Mardi, nous faisions des maths.

Le problème était le suivant :
«Marco vend des livres de recettes afin d’amasser des fonds pour une activité parascolaire. Le commanditaire qui fournit les livres les lui vend 10,00$ chacun et Marco les revend au montant de 15,75$. Chaque fois qu’il en vend 10, le commanditaire lui offre une remise de 15% sur le profit du 10e livre vendu. Si Marco vend 33 livres, à combien s’élèvera son profit?»

Taux de réussite : 18 élèves sur 24

* * *
Jeudi, nous faisions des maths.

Le problème était le suivant :
«Une vieille dame récupère les œufs de sa poule. Sur sept œufs obtenus, il y en a toujours un qui n’est pas bon ou cassé. Si elle récupère 62 oeufs, combien pourra-t-elle former de douzaine?»

Taux de réussite : 7 élèves sur 24

Deux problèmes. Un concept mathématique similaire, mais opposé : un gain, une perte. Le premier férocement plus complexe que le second. Alors pourquoi un moindre taux de réussite?

Réponse : l’argent fait le bonheur! Au diable les cocos, nous, on veut du ca$h! Envoye, crache! Sérieusement, mettez la majorité des enfants devant une résolution de problème où il est question d'un avantage monétaire certain, et c'est le succès. Reprenez le même problème et changez les données pour des poissons, des légumes ou des hamsters, c'est la débandade. C’est beau, hein, les valeurs de notre belle jeunesse!

D’ailleurs parlant d’argent, je vous conseille la lecture d’un texte à vous faire dresser les cheveux sur la tête. Nathalie Elgrably – une folle qui évolue dans un monde parallèle au nôtre où n’existe, à n'en point douter, que le profit et les études sur papier – a donc écrit quelques idées sur la façon de redresser la situation de l’éducation au Québec. Pleine de bonnes intentions, la fille. Mon opinion? Je n’ai jamais lu un tel ramassis de conneries! Particulièrement celle où elle propose que les enseignants obtiennent une prime salariale selon le taux de réussite de leurs élèves. Hello? Quelle andouille peut encore affirmer en 2007 que la réussite éducative d’un enfant n’est liée qu’à son prof? Ben elle, ça a l’air! Enfin… J’en aurais eu long à dire sur ce texte, mais mon éminent collègue, le Prof Masqué, en a déjà fait une contre-expertise poussée que je vous invite à lire.

P.S. : Je vous mets au défi de trouver les réponses des précédents problèmes, sans calculatrice! Je vous corrige lundi. :o)

36 Comments:

  • En tant que prof de maths, je peux te confirmer que dès que tu parles de notes ou encore d'argent, les élèves comprennent tellement mieux! C'est fou ce qu'ils comprennent pas le MÊME problème si tu ne fais que changer de l'argent pour des billes par exemple!

    Ah nos jeunes, on les aimes tellement...

    By Blogger Zeek, at 16.2.07  

  • Je vous donne tout à fait raison:
    "une folle qui évolue dans un monde parallèle au nôtre...".
    Il faut être DANS une classe pour réaliser comment ça marche. L'enseignant ne peut être le seul à "pousser"...encore faut-il que les parents et le jeune s'y mettent aussi!
    Je fais de l'accompagnement en classe et les profs ont toute mon admiration.

    By Anonymous Mme B, at 16.2.07  

  • Allez, je me lance. Dans le premier problème, Marco se met $187.74 dans la poche.

    Dans le problème 2, elle pourra faire 4 douzaines, vu que 8 oeufs seront casses.

    Alors, alors, j'ai gagne combien??? hein??

    By Blogger Clio, at 16.2.07  

  • 189.75 et 4

    By Anonymous Gros Pas Bon Gentil, at 17.2.07  

  • hmm... Déjà deux réponses différentes pour le problème #1! Ça promet d'être intéressant! :o)

    By Blogger le Prof Maudit, at 17.2.07  

  • Prof maudit, nos espris se croisent ce matin.

    Tout d'abord, nerci pour votre commentaire sur mon billet à l'endroit de Madame Elgrably. Folle, ditez-vous. Peut-être, en tous cas, elle manque aussi de plume parce que j'attends encore sa réponse à mon texte que je me suis chargé de lui faire parvenir... Je déteste les gens qui crachent sur les autres et qui manquent de courage pour leur faire face.

    Mais venons-en au fait: un magnifique texte ce matin dans Le Devoir sur les «parents-rois» à l'école. J'y reviendrai sûrement dans un billet sous peu, mais je voulais vous souligner la chose. L'article est lumineux et éclairant. On est loin de la «cage» du petit Félix... Au fait, ou en est rendue cette saga?A l'ONU?

    Lien vers le texte du Devoir:
    http://www.ledevoir.com/2007/02/17/131550.html?fe=309&fp=119616&fr=4260

    By Blogger Le professeur masqué, at 17.2.07  

  • la censure est en marche. lu dans "la vie palpitante d'un prof de zep":
    Je cite:"C'est la fin du blog.

    Une procédure disciplinaire est engagée contre moi par le principal du collège.

    Il me reproche principalement d'avoir divulgué un moment d'un conseil de discipline, des insultes à son encontre et à l'encontre d'autres personnels dans les commentaires des billets par des visiteurs, d'avoir déformé certaines situations que je rapportais, et globalement de donner une image très négative du collège et de la façon dont il est géré. Cette procédure pourrait déboucher sur un blâme et une mutation d'office.

    Je pensais être parvenu à respecter mon devoir de réserve, je pensais être honnête dans ce que je rapportais et dans la façon dont je le rapportais. Apparement je me trompais."

    By Anonymous Anonyme, at 17.2.07  

  • 192.34 et 4
    pourquoi je n'arrive pas au même montant que les autres pour le premier probleme ?!.. aucune idée ! :s

    By Blogger Chouette, at 17.2.07  

  • 1) 196.337, donc 196.34 $

    Normalement, la remise serait non pas sur le profit, mais sur le prix vendu au marchand... Non?

    2) 4,5 douzaines ou 4 si tu n'es pas écolo et que tu jettes la demie.

    Je suggère de récupérer les brisés pour une omelette et les pas bon pour le composte. Hihi!

    By Blogger Zed Blog, at 17.2.07  

  • 1) 192.63 = (5.75$ x 33) + (3 x (5.75 *0.15))

    2) il y aura 4 douzaine et 6 oeufs restant parce que 8 oeufs sont pas bon.

    Dois-je retourner sur les bancs d'école???

    By Blogger Catira, at 17.2.07  

  • Même réponse que Chouette : 192,34 et 4 douzaines (en arrondissant).

    Le truc de la remise n'est pas très clair par contre. Je partage l'idée de Zed (mais pas sa réponse...).

    By Blogger Prof malgré tout, at 17.2.07  

  • J'arrive à 141.49$ et 4 dz (+ un p'tit «crate» de six!) OUf la pression est forte, mon papa était prof de maths au secondaire...

    By Anonymous Anonyme, at 17.2.07  

  • Non, mais, c'est bien rendu difficile les maths de sixième année du primaire! Heureusement, les profs, eux, ont un corrigé. ;o)

    By Blogger Une femme libre, at 17.2.07  

  • aaaaaaaahhhhhhhh papa, me suis trompée! 192.33 $ (zut, faut lire 2 fois les problèmes, il me l'a toujours dit :( - c'est 15 % et j'ai fait 10 % ah rezut!!! J'peux-tu avoir la moitié des points au moins? (en supposant que j'ai pas fait d'autres conneries ailleurs!!!)

    By Anonymous Anonyme, at 17.2.07  

  • Décidément, la qualité du Journal de Montréal ne s'améliore pas...

    By Blogger Gooba, at 17.2.07  

  • Bon.. je m'essaie :
    Problème # 1 : 192,34 $ (189,75 + bonus de 2,59 $)
    Problème # 2 : 4,5 douzaines (8 oeufs "perdus")
    Quant au problème de la "folle"... désolée, je n'ai pas réussi à le résoudre... mais j'ai bien aimé votre réaction, à vous et le prof masqué !!!
    Une prof au collégial sans permanence :0)
    p.s. je vais dire comme une autre... ' sont donc bien rendus difficiles, les maths de 6è année !?!

    By Anonymous Renée-Claude, at 17.2.07  

  • Mon erreur, tant pis pour moi : il faut toujours vérifier ses calculs!!! 192,34 $, c'est bien ça...

    Héhé! :))

    By Blogger Zed Blog, at 17.2.07  

  • J'avais écris 189,75...ben j'avais mal retranscris ma réponse (bravo gros pas bon) donc je recommence 192,34 (faut pas oublier les ristournes merde)

    By Anonymous gros pas bon gentil, at 18.2.07  

  • Bon alors, Prof Maudit, la prochaine fois que tu seras collé avec un problème que tu es dans l'obligation d'expliquer à tes mouffes et que tu ne pourras pas résoudre tout seul, tu reviendras nous faire travailler???

    Ou bien sont-ce là les examens annoncés par ton ami Jean que tu testes sur nous?

    (Hihihihihi!) Zed

    By Blogger Zed Blog, at 18.2.07  

  • je ne comprends toujours rien aux maths... voilà pourquoi je suis toujours fauchée :) hehehehe
    je viens d'avoir la réponse à mon problème grâce à vous.
    Ma mère est prof également et je sais que ce sont les parents qui ont laché leur bout avec les enfants... malheureusement! C'est facile de reporter la faute sur les autres, plus facile que de voir ou on a pu faire une erreur.

    By Anonymous marjan, at 18.2.07  

  • Je ne déteste pas l'idée d'une prime à la réussite. C'est un moteur de motivation très fort, dans l'entreprise privée. Un peu comme les médecins en Chine. Les patients paient tant qu'ils sont en santé. Lorsqu'ils sont malades, les soins sont gratuits. Donc les médecins ont un objectif de garder leurs patients en santé !

    Cela n'appauvrirait pas les enseignants qui veulent rester comme ils sont. Mais les motivés auraient peut-être moins tendance à offrir à nos chers enfants des après-midi cinéma, des journées complètes de festivités pour Pâques, Noël, la fin d'année, la Saint-Valentin, la Saint-Patrick, des Olympiades, des journées au musée, des pièces de théâtre, des conférenciers qui viennent parler de SIDA ou de petits oiseaux, journées sport d'hiver, ventes de garage et remplaceraient ces très amusantes et distrayantes sorties pour faire des mathématiques, du français, de la géographie afin que les élèves réussissent dans ces matières....

    Attention, je ne tape pas sur la tête des enseignants. Ma fille a une enseignante en or, qui a à coeur la réussite des élèves. Je suis très impressionnée par les notes qu'elle me laisse, parfois, pour me dire que ma puce doit travailler tel point précis parce que pas tout à fait acquis et qu'elle lui offre des midis récupération. Mais je ne suis sûrement pas la seule étonnée parfois de la quantité des activités de loisirs offert aux enfants qui réduisent d'autant les heures d'enseignement pur.

    Madame La-commune-des-mortelles.

    By Anonymous Anonyme, at 18.2.07  

  • Je me lance moi aussi !

    #1: j'arrive à 192.34$ de profit
    #2; 4 douzaines(4,45)

    Mais pour entrer dans le vif du sujet, j'aurais une autre théorie. Bien sur, je ne suis pas prof, donc, je ne pourrais pas la tester,mais ce pourrait-il que les nombres à virgule(exemple: 5,67) soit plus facile à calculer que les nombres sans virgules ?

    Car j'ai éprouver beaucoup de dificulté à résoudre le problème #2 comparativement au problème #1, qui était beaucoup plus détaillé selon moi. Peut-être que je me trompes. J'aimerais avoir votre avis sur la question Prof Maudit, ainsi que tout les autres qui lisez.

    By Blogger Ivellios, at 18.2.07  

  • @ zed et profmalgré tout - Vous me faites penser à bien des élèves qui cherchent toujours le piège, l'attrape... Si on indique que la remise est sur le profit, alors elle est sur le profit. Point! Certains perdent un temps fou à se demander «si, admettons que, ouin.» Comme on le fait tous un peu trop dans la vie en fait. Parfois, il faut juste le prendre comme il vient, le problème.:)

    @ la-commune-des-mortelles - Donc, si je suis votre raisonnement - et celui de Nathalie Elgrably - si j'enseigne dans Saint-Henri où le taux de réussite scolaire est faible comparativement à celui des élèves de Saint-Lambert, les enseignants de certains quartiers seraient mieux payer que d'autres. L'ironie dans ce procédé, c'est que ce sont très souvent les enseignants en milieu défavorisé qui sue, bûche et se démène pour la réussite de leurs élèves. Les cas sont plus lourds, les enfants écorchés vifs par des situations familiales pas très jolies. Comme on retrouve ces stéréotypes plus souvent dans les milieux défavorisés, un enseignant ne peut pas s'asseoir sur son steak et faire son job à moitié. Cette idée de prime, ça implique une éducation à deux vitesses, déjà bien enclenchée par la présence des écoles privés. Et c'est tout à fait à l'opposé de la mission principale de l'instruction publique: l'égalité des chances.

    D'autre part, des parents veulent qu'on enlève le fun aux enfants? Qu'on enlève les courriers de Saint-Valentin qui motive un garçon qui déteste écrire à pondre un poème d'une page? Enlever des olympiades où le nerd et reject de la classe gagne pour la première fois une médaille? Oter à un enfant la chance, à 11 ans, de faire du ski pour la première fois, parce que c'est payé par l'école? Voir les étincelles dans les yeux d'un enfant qui vient de découvrir, par le théâtre, que l'humour, c'est pas juste 450 chemin du Golf ou Mike Ward? Vous ne voulez pas de conférencier sur le sida? l'homosexualité? la drogue? le suicide? C'est donc vouloir ainsi éliminer une bonne partie de l'univers des écoles primaires, univers qui s'est adapté à l'enfant zappant d'aujourd'hui pour une seule chose: la motivation scolaire. J'ai toujours dit que les premières choses que l'école devait enseigner - avant les maths et le français - c'est la socialisation et le désir d'apprendre. Dans notre monde contemporain hédoniste, les activités parascolaires, les sorties, les conférences, les journées thématiques sont les outils que le milieu scolaire a trouvés pour continuer à poursuivre ses buts.

    Mais je veux bien faire un effort. Non, c'est vrai. Je n'en fais tellement pas assez déjà! Un de plus ou de moins, quelle différence? Alors, les parents acceptent d'annuler la télé tous les soirs de semaine, de faire disparaître Barbie ou Sangoku, d'interdire les jeux vidéo et les crayons à colorier à la maison, d'annuler Noël pour leur 25 décembre prochain et de parler lesbiennes, Islam et traîte des blanches à chaque soir avant le dodo, alors je veux bien cesser toutes les activités ludiques dans ma classe qui ne sont pas académiques (attention: je ne dis pas «pédagogiques», car elles le sont!).

    Mais, d'après vous, quand vous aurez enlevé tout ça à vos enfants... trouveront-t-ils leur chez-eux toujours aussi motivant?

    Je reste tout de même d'accord avec la motivation derrière l'article du Journal de Montréal et votre commentaire: il faut penser à des solutions qui rehausseronnt la qualité de l'enseignement dans nos écoles (et de la part de certains enseignants) tout en reconnaissant le travail des profs à sa juste valeur. Seulement, ces propositions ne me semblent clairement pas adéquates, ni réalistes.

    By Blogger le Prof Maudit, at 18.2.07  

  • Amen!

    By Blogger Prof malgré tout, at 18.2.07  

  • Prof Maudit,

    Oh combien je suis d'accord avec ton dernier commentaire, Prof Maudit. Je suis partisane de l'enseignement pas projet parce que c'est un moyen d'inculquer toutes sortes de connaissances aux enfants, élèves, étudiants, d'encourager leur esprit d'initiative, leur estime d'eux-mêmes, leur gout pour la recherche, leur débrouillardise, leur autonomie.

    Via un projet, ce qui n'est pas acquis dans les matières et devrait l'être selon le programme est ciblé et fait l'objet de recherches, d'exercices et de travaux particuliers. L'envie d'apprendre et l'envie de vivre.

    Oui à la philosophie pour les enfants.

    Attention aux jugements à l'emporte-pièce. Il ne faut pas non plus mélanger journée au musée (les parents amènent-ils les enfants au musée? Sont-ils parmi la poignée de chanceux qui accordent une place à la culture?), journée de sport (les parents pratiquent-ils des sports avec leurs enfants, quand on connait les problèmes de santé et d'obésité actuels et l'urgence non seulement de faire bouger mais de donner envie de bouger), une excursion dans Montréal (les parents...?) pour faire vivre la géographie, chasse aux trésors, devinettes, etc., avec, disais-je, une journée Mc Do comme à une certaine époque c'était une malheureuse et dégueulasse habitude chez certains enseignants pour récompenser les élèves.

    Ce n'est pas pour quelques mauvais enseignants et professeurs qu'il faut mettre tout le monde au banc des accusés. Je sais que la dame qui a fait le commentaire aime l'enseignante de sa fille et reconnait ses capacités mais je dis ceci pour le courant de pensée ambiant qui est réellement déplorable.

    Diminuer le ratio élèves/enseignant ou professeur, tenir compte de la tâche de préparation et de la correction dans le temps de travail, réembaucher les spécialistes nécessaires dans les domaines non couverts par les enseignants et professeurs réguliers et pour les problématiques particulières, fournir des règlements clairs et valables pour tous et toutes (adieu accommodements...), donner des conditions de travail à tous, élèves et enseignants, professeurs intelligentes. Point à la ligne!

    C'est déjà plus une vocation qu'une profession, enseigner, alors il faut arrêter de tirer sur l'élastique à un moment donné.

    Quant à ton autre commentaire, cher Prof Maudit, je crois qu'un bon problème est celui qui facilite la compréhension de la réalité... Et il y avait là quelque chose de pas tout à fait réaliste. Mais c'était super chouette et j'en veux d'autres, mais seulement si c'est toi qui les donne...

    By Blogger Zed Blog, at 18.2.07  

  • ... prof maudit, pour ton dernier commentaire je dis alleluia! Non mias, on nous casse les oreilles à l'Université en nous nommant les agents du triangle ou cercle de l'apprentissage (élève, enseignant, milieu), et là faudrait qu'encore une fois tout nous retombe sur le dos et qu'on soit "jugé" selon des performances qui en dépenent pas de nous, enfin, pas JUSTE de nous.

    Pour les problèmes, faits à la mitaine...
    Prob 1: 5,75$ de profits, donc pour 33 livres ça donne 189,75. Pour les 3 livres où y a un bonus, on rajoute 2,5875$, ce qui donne 192,3375 ou 192,34$ pcq je ne couperai pas ma cenne en quart de cenne.

    Prob 2:
    POur les oeufs, bien selon les calculs j'en perds, sur 62, un gros 8,857142périodique, alors est-ce que j'arrondis en me disant que zut je peux pas laisser le .857142 en pleine chute à la matrice, ou si je l'inclus? ça fera dans un cas ou l'autre 8 ou 9. Il en restera 54 ou 53, donc 4 douzaines avec un restant soit suffisant pour en faire une demi-douzaine, soit juste 5 oeufs.

    Est-ce que la Matrice donne un point bonus?

    By Blogger Dobby, at 18.2.07  

  • Une prime à la performance pourrait être calculée sur différents critères, pas seulement la moyenne générale, comme le pourcentage d'amélioration par exemple. Donc dans une classe où la moyenne est très faible, la possibilité de gagner une prime serait augmentée, puisque le potentiel d'amélioration est plus grand.

    Madame la-commune-des-mortelles.

    Vous avez peut-être mis le doigt sur le bobo, Prof Maudit. Vous laissez sous-entendre que je suggère d'enlever le fun dans les classes... Apprendre... c'est l'fun aussi !

    Je comprends bien l'objectif louable de vouloir faire vivre aux enfants des activités ludiques, mais on peut se poser la question : est-ce vraiment le rôle de l'école ?

    Voir les yeux d'un enfant briller parce qu'il vient de "catcher" un problème mathématique, ou parce qu'il a son premier 10/10 dans sa dictée est sûrement une grande récompense aussi pour un professeur. Non ?

    La motivation ? Une sortie en récompense c'est comme un dessert au repas. Mange tes légumes et tu auras du gâteau ! Des légumes... c'est bon aussi ! On peut apprendre à les apprécier pour ce qu'ils sont. Le plaisir d'apprendre, le goût de la réussite, la satisfaction du travail bien fait, la simple valeur du travail pour le travail sont des valeurs... désuètes.

    Je ne vous demande pas d'en faire plus, mais bien d'en faire moins. A trop vouloir rendre heureux les enfants des autres, leur donner une "chance" dans la vie, à panser leurs bobos, vous dépassez largement le cadre de l'enseignement et honnêtement, c'est cela qui épuise les enseignants.

    J'accompagne régulièrement la classe aux sorties... et ciel que c'est de l'ouvrage. Je cherche encore pourquoi l'école amène les enfants à la piscine !!! Parce que les parents ne le font jamais ? La logique ne tient pas. A ce rythme, les infirmières vont aller chez leurs patients faire le ménage, les policiers vont laver les voitures des gens à qui ils ont donné une contravention !

    Je sais bien que les récompenses sont nécessaires. Une belle fête à Noël (un après-midi, pas une semaine complète de festivités comme je l'ai vécu avec ma fille), une sortie ludique à la fin de l'année, ça se tient, mais j'ai vraiment signé pour 7 activités cette année (payantes). En dehors des après-midi cinéma, de la semaine de Noël, de la dernière semaine d'école, des olympiades etc...

    C'est juste une overdose d'activités. L'enfant oublie qu'il est à l'école d'abord pour travailler.

    Quant aux classes trop nombreuses, je n'ai pas de statistiques, mais ma petite expérience à l'école de ma fille c'est que les classes sont moins peuplées qu'avant. J'ai vu des classes de 18-24 élèves (versus 30-32). La différence majeure, que je constate, c'est que les enfants à problèmes (comportement ou apprentissage) étaient isolés avant, dans des classes ou des écoles spéciales. Maintenant ils sont intégrés. Le but était probablement de donner des chances égales à tous. Peut-être qu'elle est là l'erreur. Surtout que les enfants en difficulté n'ont pas nécessairement le soutien nécessaire dans une classe régulière en plus de miner les ressources de l'enseignant.

    By Anonymous Anonyme, at 18.2.07  

  • Alors, *roulement de tambour*...

    Problème #1: 192,34$ ou 192,33$ (si, comme des élèves de 6e année, vous avez arrondi toutes vos réponses au centième près tout au long du calcul).

    Problème #2: 4 douzaines. Pour les écolos inquiets, on ne jette pas les oeufs. On veut juste savoir combien de douzaines complètes on y trouve, dans ce contexte.

    @ zed - Réalité, réalité... En quoi il n'est pas réel? Si un commanditaire veut faire la remise sur le profit, pourquoi pas si ça lui chante? C'est une loi écrite, ça? Hein? HEIN? ;o)

    By Blogger le Prof Maudit, at 19.2.07  

  • L'idée de payer davantage les professeurs performants vient des Etats-Unis. En fait, il y a plein de "commissions scolaires" américaines qui engagent des sous-traitants, donc qui confient certaines de leurs écoles à l'entreprise privée et particulièrement les écoles des ghettos, celles qui sont dangereuses, inflitrées par la drogue, la violence et autres calamités. On sait qu'aux States, les profs sont tellement mal payés qu'ils doivent faire un autre boulot pour arriver. Cheap labor, ule prof américain. Donc, l'entreprise privée doit gérer des écoles minées, dont le taux de réussite est nul et le décrochage scolaire omniprésent. Pour s'accaparer le "marché" de ces écoles, le privé propose ceci: vous nous payez plus cher selon le taux de réussite des étudiants. La "commission scolaire" rit bien fort. Ça ne va pas leur coûter cher, le taux de réussite de ces écoles ghetto est nul. On accepte.

    L'entreprise privée est là pour les profits d'abord et avant tout, ne l'oublions pas. C'est quoi la base de la réussite pour les élèves? Le milieu et des profs compétents, motivés et dévoués. Le milieu, on oublie ça, mais quand même, on dotera ces écoles d'une bibliothèque très fournie, d'une biliothécaire et d'un garde armé pour surveiller le tout (on est dans le coin le plus mal famé de Chicago et de New-York là!).

    Les profs? On offre un salaire directement proportionnel au taux de réussite des éléves, mais se basant sur leur taux d'échec actuel. Concrètement, la classe la plus faible peut devenir la classe la plus payante, car c'est l'amélioration du rendement des élèves qui est monnayée. Ainsi, si un élève qui a 20% passe à 50%, le prof aura une prime équivalente à celui qui ferait passer les notes d'un élève de 60% à 90%.

    On parle de "primes au rendement" considérables là, pas des pinottes. Le salaire de base demeure bas et même très bas. Les profs sont libres de se présenter dans ces écoles ou pas. On n'a eu aucun problème de recrutement.

    Une fois le contrat signé, on leur donne une complète liberté d'action. Même pour l'horaire. Un prof ayant remarqué que ses élève étaient tout à fait improductifs le matin, avait choisi de faire la classe de midi à neuf heures tous les soirs! Un autre prof, lui, allait au domicile de ses étudiants à tour de rôle pour les aider à étudier! Tout était possible.

    Le succès de ces écoles privées ghettos a été tel que de plus en plus d'écoles sont actuellement confiées à l'entreprise privée aux States. En plus des profs payés au mérite, on insiste beaucoup sur la lecture, et les élèves lisent énormément d'oeuvres dès les premières années du primaire. Pas des oeuvres jeunesse, mais des classiques. En quantité.

    By Blogger Une femme libre, at 19.2.07  

  • @ la commune des mortelles

    Vous savez, je suis bien d'accord avec ce que vous dites. En parole, z'avez pas tout faux. Mais dans les faits...

    Vous me parler du «fun d'apprendre», du bon de l'instruction comme du bienfait des légumes. Sauf qu'entre vous et moi, quel enfant vous répond que ce qu'il aime manger le plus, c'est le brocoli? Cette joie d'apprendre, cet éclat des nouvelles connaissances va de pair avec la maturité scolaire. Chez les filles, cette maturité se pointe généralement entre la 5e année du primaire et la 1ère du secondaire. Chez les garçons, c'est plutôt secondaire 3 ou 4. Et puis cette maturité, liée à la motivation à faire «ce qui est bon pour soi», c'est une pseudo compétence transversale que bien des adultes n'ont pas. On sait bien que la cigarette, l'alcool et les gras trans, on devrait pas. Mais bon... Ils savent bien qu'ils devraient d'abord lire et faire leurs devoirs. Mais bon...

    C'est certain, je jubile de voir mes élèves catcher la division d'un nombre à décimales ou la règle du participe passé avec l'auxiliaire avoir. Mais beaucoup n'aurait jamais connu ce moment de fébrilité s'il n'avait d'abord eu envie de venir à l'école. Et puis, pour certains, c'est une fébrilité fragile. Qu'il arrive le matin après avoir manger une taloche de son père, s'être fait taxer en chemin ou ne pas avoir vu sa mère durant la fin de semaine comme prévu, et c'est fi-ni! Elle est morte, cette joie d'apprendre. Et il faut repartir à zéro. C'est un combat de chaque instant.

    Je suis cependant entièrement d'accord avec vous sur ceci: la valeur du travail pour le travail est désuète. Mais c'est un mal de société, quelque chose qui nous ronge et qui va beaucoup plus loin que le simple devoir des personnes ou des institutions.

    Dans votre commentaire, vous mettez, vous aussi, le doigt sur une portion du bobo: est-ce le rôle de l'école? Non. Mais ce l'est devenu! Encore une fois, si les parents veulent bien reprendre en main l'enseignement moral et religieux, la formation personnelle et sociale, l'éducation à la santé, à la citoyenneté, à la sexualité ainsi que le savoir-vivre et la politesse, alors je voudrai bien me concentrer plus à fond encore sur l'académique.

    J'ai lu votre exemple de piscine et un sourire amer m'est venu aux lèvres. Une anecdote... Il y a 3 ans, avec ma classe de 5e, j'allais à la piscine un vendredi après-midi sur deux. Au premier cours, j'ai eu un choc: sur mes 23 élèves, cinq NE SAVAIENT PAS NAGER! 5!!! Ça ne vous donne pas froid dans le dos, ça, quant aux rôles des parents? Juste pour ces 5 élèves, cette activité a valu le coup. Pour la majorité des autres, ils ont appris ce qu'était le crawl, la brasse, un vrai plongeon. En jouant au water-polo ou au hockey sous-marin, nous avons abordé les sujets d'esprit sprotif, d'être un bon perdant... et un bon gagnant, chose que peu de gens ignorent.

    Pour ce qui est des ratios maintenant, c'est vrai que ça diminue dans certaines écoles à cause de la baisse de clientèle. Mais dans d'autres, situées dans des quartiers plus ethniques ou dans ceux où des écoles ont été fermées, c'est la folie! C'est alors 32 partout, en dépassement jusqu'à 34, voire 36 à cause des élèves ayant des troubles de comportement. Beaucoup de ces élèves intégrés, vous le soulignez, ne devrait peut-être pas l'être. À cause de leurs limites et de celle du système. Cependant, dans ces cas, c'est toujours le parent qui a le dernier mot. Et si l'enfant est intégré, c'est parce que le parent l'a voulu ainsi.

    Bref, je conclus (comme beaucoup d'autres l'ont fait avant moi) que cette problématique ne verra de solution que le jour où parents et enseignants mettront de l'eau dans leur vin à valeur égale, parlant de compromis plutôt que de sacrifice. Pour ça, il faut cependant une tête solide et logique à la tête du ministère pour tenir la barre et aller dans la bonne direction, malgré les écueils. Entendons-nous: c'est pas Jean-Marc qui fait un beau capitaine.

    ... Mais, au fait, c'était quoi le but premier de notre échange? Ah, oui! La prime! Il y a en fait, une solution très simple pour motiver les profs mous tout en reconnaissant le travail de tous: si le gouvernement commençait par nous payer pour chaque heure de travail plutôt qu'à la semaine... vous verriez de gros culs se bouger pas mal plus!

    P.S.: J'avoue que 7 sorties depuis le début de l'année... c'est pas mal! Faut pas transformer la carotte au bout du bâton en bague à diamants!

    By Blogger le Prof Maudit, at 19.2.07  

  • JE rajouterai pour la prime, que sa décourage des étudiants aussi... je connais 2 filles qui vont lacher ( en bonne filles elles vont finir la session) mais etre seulement stagiere leur enleve le gout de faire ce métier.. trop d'ouvrage, tjrs en correction, tjrs en préparatiom, meme à la maison!

    j'Ai meme pas essayé les problemes, moi et les math sa fait 2 depuis ma premiere année!!

    By Anonymous Lis, at 19.2.07  

  • @ la commune des mortelles -

    Très chère! J'attendais avec impatience une réponse. Ai-je été trop brusque? Si c'est le cas, je m'en excuse. Je faisais simplement la conversation sur le ton un peu mordant qu'on me connaît.

    Je trouvais, d'ailleurs, cette conversation si intéressante que je désirais votre autorisation pour la retranscrire comme billet sur mon blogue. Cela permettrait à tous de la lire sans farfouiller pendant des minutes dans les commentaires et j'en profiterais pour corriger mes coquilles.

    Allez, dites voui, dites voui!! :o)

    By Blogger le Prof Maudit, at 21.2.07  

  • Puisque j'écris sur un blog publique, que mon adresse et une photo de moi à demie-nue ne sont pas un critère d'édition, c'est évident que j'accepte. Un peu honte pour les fautes, celles qu'on ne voit qu'une fois publiées naturellement.

    Je croyais la discussion close. Nous ne nous sommes pas insultés, dans le genre "espèce de fonctionnaire anti-performance" et vous ne m'avez pas traitée de "parent-roi hystérique d'enfant mongol". Je ne vous ai pas trouvé mordant. Cet échange est constructif. Vous et moi savons qu'une société intéressante est formée de professeurs extraordinaires, de certains despotes, de parents gentils et collaborateurs, d'autres fous à lier, d'enfants adorables, fascinants, de cancres, de petits monstres.

    5 enfants de 10 ans sur 24 qui ne savent pas nager ne me semblent pas si hors-norme que ça. J'ai pris des cours de natation toute mon enfance sans jamais combattre ma peur de l'eau. J'ai appris à nager enceinte, dans la vingtaine avancée. Je me demande ce que mes professeurs pensaient de feue ma pauvre mère, qui a pourtant mis toutes les ressources en temps et en argent pour m'aider, sans réussir.

    Est-ce votre travail... Prof Maudit, d'apprendre à nager aux enfants ? Je ne crois pas que vous devriez vous soucier de cela. Les heures de piscine privent les enfants d'histoire, de français et de mathématique. Ça... c'est votre travail. Vous n'êtes pas un semeur de pétales de rose. Vous êtes un professionnel de l'éducation.

    Pour rectifier, c'est 7 activités payantes pour l'année pour ma fille. Plus les trop nombreuses festivités gratuites. Une journée "Carnaval" cette semaine encore. J'en ai marre.

    C'est énormément de travail l'organisation de ces activités. Plus le temps consacré à l'activité. Cela doit bien faire 25 jours par années si ce n'est plus. Les enfants font des overdoses d'activités, de loisirs, de cours, de scouts. Ils ne savent plus ce que c'est, de se divertir eux-mêmes car trop d'adultes font les animateurs pour eux.

    Et les professeurs manquent de temps, pour enseigner, pour corriger. Ajouter 20 jours d'enseignement et de corrections. Vous n'aurez plus de bénévolat à faire.

    C'est bien mal préparer les enfants pour la vie, que de ne pas leur "imposer" la valeur du travail.

    Et leur travail, à eux, c'est d'apprendre. Et vous de leur enseigner des matières, et moi, une bonne hygiène de vie et des valeurs.

    Je ne peux pas faire votre job, dans votre classe et vous ne pouvez pas faire ma job, dans ma maison.

    La Commune des mortelles.

    ps: Je peux entrevoir aussi, que notre discussion n'a pas nécessairement lieu sur les bases d'une réalité commune. Je confesse que je viens et que je vis dans un milieu aisé, loin de la ville, et que mon point de vue peut ne pas s'appliquer dans un contexte de milieu défavorisé.

    ps2: Pour une formation équivalente, je gagne à peu près la même chose qu'un enseignant. Je travaille 239 jours par année, contre 200 pour un enseignant, 1722 heures exactement. Mais vous avez raison, nous sommes tous les deux très mal payés. :)

    By Anonymous Anonyme, at 21.2.07  

  • Payer les profs selon la performance des élèves est un non-sens et c'est mal connaître la réalité de l'enseignement, quant à moi, que de proposer une telle idée.

    Cette méthode va surtout encourager ces derniers à valoriser la performance au détriment de réels apprentisages. Ils enseigneront «pour l'examen», comme on dit. Vivent le par-coeur et le bourrage de crânes à outrance!

    De plus, une telle mesure montre bien que Mme Elgrably est totalement déconnectée de la réalité de l'enseignement puisqu,avec le Renouveau pédagogique, les évaluation finales se font davantage sous la forme de bilans d'apprentissage.

    De plus, que fera-t-on dans le cas des groupes forts puisque leur potentiel d'amélioration sera moindre que dans d'autres groupes?

    Cette solution m'a tout l'air d'être un joyeux problème.

    By Blogger Le professeur masqué, at 25.2.07  

  • Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    By Blogger Une femme libre, at 27.2.07  

  • Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    By Blogger Une femme libre, at 28.2.07  

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home