Les Confessions d'un Prof Maudit

24.8.06

C'est mon mien!

Bon, je l'avoue.

C'était VRAIMENT moins dramatique que je l'aurais souhaité. J'aurais tellement voulu que tout le monde pleure, qu'on soit le premier suicide collectif du milieu de l'enseignement, qu'on élabore un bûcher autour de l'école et qu'on y mette le feu, nous immolant du même coup pour la bonne cause, pour décrier notre abominable situation.

Mais non.

Il a fallu que tout le monde il soit beau, tout le monde il soit gentil. Tous souriaient, dans l'amour, les fleurs et la bonne entente, même s'ils se sont mutuellement plantés des couteaux dans le dos l'année dernière au sujet de l'horaire des spécialistes ou d'une surveillance oubliée et que, pour cette année, il rêve de la première occasion où ils pourront vous démolir pendant une réunion du personnel ou par une plainte à la direction. Parce que même si on enseigne aux élèves à régler leurs conflits de manière pacifique, par la communication et la recherche de solutions positives, n'allez pas croire que les profs se font un devoir de montrer l'exemple! L'enseignement étant un monde de femmes, la chicane pogne à rien et ça se saute à la gorge, toute manucure française dehors, coups de sacoche en prime. Ensuite, une fois le pli de la jupe effacé et la mèche de cheveux replacée, elles font sereinement la paix avec vous. En apparence seulement. Car elles prévoient déjà comment s'y prendre pour vous le faire payer parce que, de toute évidence, l'attaque en furie n'a pas fait assez de dommage. Et non, mesdames, je n'accepterai aucune critique à ce sujet! Vous savez très bien que c'est vrai. Certes, c'est une généralité, mais on n’appelle pas ça une «généralité» pour rien! Because c'est général, tsé! J'atténuerai toutefois l'insulte en disant que les hommes en éducation finissent par prendre ce mauvais pli.

Ceci m'amène à vous parler d'une autre réalité de notre beau monde scolaire. Ce matin, suite à notre délicieux déjeuner en gang où tout le monde s'aimait beaucoup trop, je retourne dans ma classe pour placer mon matériel afin que mes élèves y trouvent un lieu d'apprentissage agréable. Cependant, au fur et à mesure que je replace les tables et les pupitres, je m'aperçois qu'il manque des choses. Un tabouret a disparu. J'ai deux pupitres en moins. Un de mes ordinateurs n'est pas un de mes ordinateurs.

Être un néophyte en la matière, je pourrais croire que le concierge s'est servi. Mais, encore une fois, l'expérience m'a appris. Les années de prof suppléant m'ont montré que, à l'arrivée dans une nouvelle école, dans une nouvelle classe, vous êtes toujours celui le plus défavorisé en terme de matériel. Les autres titulaires se sont jetés sur le matériel de qualité, abandonné par le prédécesseur, comme des hyènes sur le cadavre du gnou dédaigné par le lion. Aussi, quand vous mettez les pieds dans le local, les bibliothèques ont disparu, vous avez les pupitres les plus moches, les chaises dépareillées, les ordinateurs défectueux et le nombre de livres de lecture à curieusement chuté de moitié.

Je me cite moi-même, pigeant à même ce texte: «... je retourne dans ma classe pour placer mon matériel afin que mes élèves trouvent un lieu d'apprentissage agréable.» Remarquez le sens très possessif de cette phrase. Le prof au primaire possède tout et tout lui est dû. Même si, en réalité, il possède bien peu. Empreint donc de cette possessivité qui est mienne, je m'élance avec une fausse nonchalance vers la classe de Phasme Anorexique, une collègue dont je vous reparlerai.

Moi : Dis donc, chose, t'aurais pas vu ça, ça pis ça?
Elle : Ah ben oui, c'est moi qui ai pris ça, ça pis ça quand je suis venue cette semaine. T'sais, on n'était pas sûr que tu revenais, facque...

J'ai souri, fait une blague. On a ri comme si tout cela était affreusement drôle et sans conséquence. Tout ce qu'il y a de femelle en moi va la faire payer!

12 Comments:

  • Phasme?! Humm, ton blog va m'obliger à faire ami-ami avec Robert le petit.
    Allez, vas-y, fait une femme de toi. T'es capable!!

    By Anonymous bibitte, at 25.8.06  

  • Pour les femmes, tu as malheureusement raison. J'ai essayé de raisonner, d'être la plus zen, etc... bullshit!!! Ça marche pas. Pour survivre, tu n'as donc qu'une solution : écoutez les suggestions de "bibitte" :)))

    By Blogger French Lily, at 25.8.06  

  • Milieu de femmes? Bitcherie? Coups par-dessous?

    J'en parlais justement à une collègue l'autre jour: "C'est fou ce que les "autres" sont bitcheuses. Prends la fraîche de 6ième-là, celle qui dîne toujours avec l'Aut' têteuse de direction du multi de 3/4. Bien elle sont tout le temps en train de parler dans not' dos! "

    Et ma collègue de m'informer:

    -"...à la dernière réunion, la prof de 4ième, le groupe 402-là. Tu sais bien celle qui DIT qu'elle a 16 élèves à diagnostiquer (Pas sûre de ça mais entouka ..) pour justifier qu'elle ait perdu le contrôle de sa classe depuis octobre, bien cette ceuze-là, à la réunion, elle l'air pas mal body-body avec la directrice-adjointe. Pour une déléguée syndicale, c'est louche. Et je ne suis pas toute seule à l'avoir remarqué ... "

    Enfin.
    ;-))
    On devrait pointer au secondaire. Plus d'hommes, d'hommeries et d'hommitude. Puis, il paraît que leurs partys sont pas mal plus l'fun!

    By Blogger Une peste, at 25.8.06  

  • Ouais.... la bitcherie. J'ai même déjà vu à une école des dîners réservés au bitchage du mois. Vraiment.... quasiment inscrit au calendrier. Date de la prochaine séance réservée dès la fin du dîner. Pendant ce temps-là, toi tu manges au bout de la table seule pis tu espères que tu seras pas la prochaine bitchée.

    Et il y a ce que j'appelle le téléphone arabe. Vous savez, quand une collègue vient au détour d'une conversation te dire ce qu'une autre pense ou n'aime pas de toi. "Heille, si elle a qqch à me dire elle viendra. Sinon là, je veux pas le savoir"... Coups par en arrière.

    Je dois avoir pas mal de mâlitude en moi... j'embarque tellement pas là-dedans..... même si mon côté femelle se fait souvent ramasser.

    On pourrait parler des travers des profs permanents... mais bon... on va être gentil.

    By Blogger Dobby, at 25.8.06  

  • Écoute, j'ai réglé le problème il y a plusieurs années. J'ai commencé ma carrière au primaire. 5 ans plus tard, j'étais AU SECONDAIRE! LE RÊVE! L'ÉQUILIBRE! DES GARS!
    Oui, pendant mes 5 années au primaire, j'ai vécu de la bitcherie au MAX. Un monde de femmes, c'est cruel et sans pitié. Ça prend des femmes ET des hommes.
    Je suis au secondaire depuis longtemps et je ne retournerai JAMAIS au primaire. J'aime travailler avec des gars, avec des filles aussi mais ce que je veux dire, c'est que j'aime la dynamique mixte.
    Puis à part de ça, les cossins que tu avais dans ton local, ils te reviennent. Pas de pirouettes, cacahuètes, récupère-les puis TUSSUITTE!
    Ce que j'aime, chez les gars, c'est qu'ils se cassent la gueule, ils clairent le problème et on n'en parle plus. J'aime ça d'même. Faut pas garder une petite gêne avec les filles. Faut faire un homme de toi. Le Gna Gnan, j'peux te dire que j'ai ça en horreur aussi. Puis je suis ce qu'il y a de plus Fille. Va reprendre tes choses, avec assurance et Phasme saura à qui elle a affaire. L'année sera bien plus agréable comme cela. Puis si elle boude, BAH! Il y a d'autres personnes qui sont certainement plus généreuses et ouvertes.
    Franchement, faut avoir du front tout le tour de la tête pour vider la place AVANT la rentrée. Ça me fait penser aux matantes qui vont vider les maisons avant les funérailles. Pas d'allure.

    En passant, bonne rentrée scolaire!

    By Blogger souimi, at 25.8.06  

  • gniak gniak gnia...
    mon maitre associé= un homme... son collègue de 6 = un autre gars... Donc moi = ROCK ON!

    By Blogger Ka, at 25.8.06  

  • Moi, femelle, t'encourages fortement à rester mâle. J'ai un souvenir extatique de mon seul prof de primaire qui fut homme et quel homme! Très Jack Black dans School of Rock. On l'aurait suivit dans le feu s'il nous l'avait demandé.

    La bitcherie est l'appanage du petit pouvoir. Les filles d'envergure le savent et ne s'en contentent pas. F... it! Et puis comment veux tu que les petits gars veuillent devenir profs s'ils ont pas un modèle Superman en face d'eux?

    Et les gamines, elles verront un autre modèle que la bitcherie.

    Go mon homme, go.

    By Anonymous Chroniques blondes, at 26.8.06  

  • À vous lire, la réforme est le moindre de nos soucies... Nos enfants sont carrément en danger!!!

    Mais moi je n'ai pas d'enfants, alors je peux trouvé ça drôle.

    ;)

    By Anonymous Très très très anonymus, at 26.8.06  

  • Pour ce qui est du milieu de travail féminin tu as tout à fait raison.

    Et l'histoire le prouve. Toutes les sociétés, sans exception, qui ont donné du pouvoir aux femmes ont subi le début de leur propre déclin.

    Le milieu de l'éducation en est un parfait exemple.

    By Anonymous Anonyme, at 5.9.06  

  • @ un utilisateur anonyme, de où est-ce que tu tiens tes références? Quelles sociétées ont subi ce genre de déclin?

    By Anonymous bolac, at 5.9.06  

  • @ l'anonyme J'avoue, comme bolac, que je suis curieux d'avoir ces références sur ces sociétés qui ont sombré dans la déchéance totale suite au pouvoir des femmes!

    Malgré mon commentaire, n'allez pas croire que je sois masculiniste, bien au contraire. Je suis convaincu qu'un monde gouverné par les femmes, ou du moins à part égale par la gente féminine, aurait bon nombre d'avantages!

    By Blogger le Prof Maudit, at 5.9.06  

  • La plupart de sociétés antiques, et plus récemment, Pauline Marois....Celle qui a fait virer au pire tout ce qu'elle a touché...Aussitôt que des femmes approchent le pouvoir directement ou indirectement, ça vire au vinaigre. Amérique du sud, Inde etc.

    By Anonymous Anonyme, at 5.9.06  

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home